Maroc : le mariage forcé dorénavant sanctionné de 30.000 dirhams d’amende

15 février 2018 - 19h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Enfin voté. Après près de 5 ans dans les méandres de la bureaucratie parlementaire, le projet de loi relatif aux violences faites aux femmes a enfin été voté hier par la chambre des représentants.

Plusieurs nouveautés dans cette loi, notamment concernant le harcèlement de rue qui devient passible d’une peine allant jusqu’à 6 mois de prison et une amende comprise entre de 2.000 et 10.000 dirhams. Elle s’applique également aux personnes envoyant des SMS ou des messages à caractère sexuel.

Défendue par la ministre Bassima Hakkaoui, la loi intègre, enfin, le mariage forcé. Ainsi, une personne usant de la menace pour obliger une fille à se marier, encourt une peine pouvant aller jusqu’à six ans de prison ferme ainsi qu’une amende comprise entre 10.000 et 30.000 dirhams.

Si l’auteur du harcèlement est un proche, la loi sera beaucoup plus sévère. Les amendes vont de 5.000 à 50.000 dirhams et les peines de prison peuvent monter jusqu’à 5 ans pour un proche ou une personne ayant une autorité sur la fille.

« La loi contre la violence faite aux femmes est encadrée par un ensemble de définitions qui couvrent presque toutes les formes de violence qui peuvent être pratiquées contre les femmes dans différents contextes, que ce soit à la maison, dans la rue, au travail ou ailleurs », s’était félicitée la ministre au début du mois après l’adoption du texte par la deuxième chambre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Mariage forcé - Harcèlement sexuel - Femme marocaine - Bassima Hakkaoui

Aller plus loin

Espagne : une jeune marocaine forcée à se marier dénonce ses parents à la police

Alors que son mariage civil devait être scellé ce samedi 20 mai dans la commune de Vilanova i la Geltrú, dans la région de Barcelone, une jeune Espagnole d’origine marocaine...

Une marocaine mineure mariée de force, libérée en Espagne

La police espagnole a "libéré" une jeune marocaine mineure, résidant dans la commune de Hospitalet de Llobregat, dans la province de Barcelone et mariée de force au Maroc, suite...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...