Le Maroc veut mettre fin aux "mosquées anarchiques"

8 décembre 2019 - 10h40 - Ecrit par : A.S

Face à la recrudescence des cellules terroristes qui choisissent les mosquées comme lieux de réunion, Abdelhak Khiame, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires(BCIJ, organe central antiterroriste), a insisté sur la "nécessité d’institutionnaliser les lieux de culte".

La dernière action conjointe des polices marocaine et espagnole, a conduit à l’arrestation du leader d’une cellule terroriste le 5 décembre, dans une mosquée de Melilla, rapporte l’agence espagnole EFE.

Avant l’arrestation de son chef qui réside à Guadalajara en Espagne, c’est la cellule terroriste elle-même qui a été démantelée mercredi dans le Nord-Est du Maroc, souligne Barlamane. L’annonce a d’ailleurs été faite par la police antiterroriste marocaine qui a affirmé avoir procédé grâce à une opération conjointe menée avec son homologue espagnole, à l’arrestation de quatre membres d’une cellule djihadiste ayant des liens avec le groupe État islamique (EI).

Selon Abdelhak Khiame, directeur du BCIJ, les mis en cause sont "âgés de 24 à 39 ans et menaient leurs activités entre Melilla et les villes voisines". A en croire des sources de la lutte antiterroriste, cette cellule terroriste s’est spécialisée dans le recrutement de volontaires pour combattre dans la région syro-irakienne. Cependant, d’après Khiame elle n’aurait pas "réussi à envoyer des combattants dans la région où on ne sait combien d’adhérents ils avaient réussi à recruter", avant d’être démantelée.

Concernant la réunion des cellules terroristes dans les mosquées, Khiame a insisté sur "l’institutionnalisation des lieux de culte" afin de mettre fin à ce qu’il a appelé "les mosquées anarchiques". Saluant cette coopération "exemplaire entre l’Espagne et le Maroc", il a souligné qu’elle a déjà permis de réaliser dix opérations conjointes et simultanées de démantèlement de cellules.

La même source a indiqué qu’aucune arme n’a été trouvée chez les mis en cause qui d’ailleurs sont déjà entre les mains de la justice pour les besoins de l’enquête qui suit son cours.

Tags : Terrorisme - Melilla - Etat islamique - Daech - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) - Abdelhak Khiame - Arrestation

Nous vous recommandons

Un expert appelle le Maroc à rouvrir ses frontières

Se basant sur certaines données, Dr Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, a appelé à la réouverture des frontières marocaines restées fermées juqu’au 31 janvier 2022 en raison de la propagation rapide du nouveau variant du virus...

Le téléphérique de Tanger officialisé

Tanger disposera d’une infrastructure de service public de transport collectif urbain par téléphérique, d’ici 2024. Une première au Maroc.

Malgré leur naissance en Espagne, les enfants de Zouhira ont du mal à obtenir leur nationalité

Une Marocaine résidant à Malaga depuis 17 ans, et victime de violences de la part de son ex-mari marocain pendant plusieurs années, cherche depuis deux ans à obtenir la nationalité espagnole à ses trois enfants âgés de 17, 13 et 10 ans, tous nés en...

Rentrée scolaire 2021-2022 : voici les nouvelles dates d’examens

Suite au report de la rentrée scolaire au 1ᵉʳ octobre, l’année scolaire sera prolongée au mois de juillet 2022. Par conséquent, des modifications ont été ainsi apportées aux dates d’examens.

« Bonne année » : l’imam de Bordeaux réagit aux propos de Gims

L’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, a réagi aux propos du chanteur Gims qui ne veut plus qu’on lui souhaite « bonne année », car c’est contraire à l’islam.

Voici les hôtels dédiés à la quarantaine des Marocains rapatriés

Suite à la prolongation de la suspension des liaisons aériennes et maritimes jusqu’au 31 décembre, les autorités marocaines ont accordé une semaine (jusqu’au 23 décembre) aux Marocains bloqués à l’étranger pour rentrer au pays. Une fois de retour, ils doivent...

Marrakech renoue avec les évènements prestigieux

La ville de Marrakech renoue peu à peu avec les grands événements depuis l’allègement des mesures restrictives, défilés, congrès médicale, etc. sont de retour.

Ils rapatrient le corps de leur oncle au Maroc et reçoivent celui d’une femme

Le corps d’une femme a été rapatrié au Maroc en lieu et place de celui d’un Marocain décédé à Terrassa (Barcelone), suite à une erreur logistique à l’aéroport de Barcelone-El Prat.

Ryanair va rapatrier ses voyageurs bloqués au Maroc

À l’instar des autres compagnies aériennes, Ryanair veut effectuer des vols spéciaux pour ses clients bloqués au Maroc. Une demande d’autorisation a été déposée à cet effet.

Les MRE se trouvant au Maroc craignent la fermeture des frontières

Avec la multiplication des cas de contamination, le Maroc pourrait à nouveau se barricader à travers le reconfinement et la fermeture des frontières. Malgré la campagne de vaccination, le pays a connu une flambée des cas positifs et cela se justifierait,...