Stop 490 : mobilisation au Maroc pour la libération de Hanaa

3 février 2021 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le mouvement « Hors la loi » demande aux Marocains de partager sur les réseaux sociaux, le message « Stop 490 », en rouge. Le but est d’obtenir la libération de Hanaa, une jeune femme condamnée pour relation sexuelle hors mariage.

La lutte pour les libertés individuelles prend une autre tournure au Maroc, après la condamnation à un mois de prison ferme de Hanaa, une jeune femme de Tétouan, accusée d’avoir eu une relation sexuelle hors mariage. C’est donc contre cet article qui criminalise les relations sexuelles hors mariage, que le mouvement « Hors la Loi », invite ce mercredi les internautes à un sit-in digital.

Hanaa est une jeune mère de famille, dont la vidéo assez intime s’est retrouvée, à son insu, sur les réseaux sociaux. L’homme qui a accompli ce geste n’a pas été inquiété, mais Hanaa a, elle, été arrêtée et condamnée en vertu de l’article 490, au cœur de toutes les récriminations et de cette mobilisation digitale. « Ce sont des initiatives que l’on a déjà vues avec par exemple le mouvement Black lives matter », explique la réalisatrice Sonia Terrab, co-fondatrice du mouvement « Hors la Loi », jointe au téléphone par RFI. « Non seulement on demande que cet article soit abrogé, mais on soutient Hanaa dans sa décision de faire appel de sa condamnation à un mois de prison ferme ».

En septembre 2019, l’article 490 avait déjà suscité une vague d’indignation et de manifestations, suite à l’arrestation de la journaliste Hajar Raissouni, accusée d’avoir pratiqué un avortement illégal. Elle a été relâchée, après avoir bénéficié d’une grâce du roi Mohammed VI après 47 jours de détention, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Manifestation - Tétouan - Internet - Code pénal marocain

Aller plus loin

Maroc : la loi sur les libertés individuelles bloque la réforme du code pénal

Le débat sur les réformes du code pénal peine à évoluer à cause des partis de la majorité gouvernementale qui n’arrivent pas à accorder leurs violons. Les deux points de...

Relations hors mariage au Maroc : appel à l’abrogation de l’article 490

Les membres du collectif 490 sont montés à nouveau au créneau pour réclamer « l’abrogation pure et simple » de l’article 490 qui participe « significativement au sentiment...

Hajar Raissouni raconte comment elle a appris qu’elle a été graciée

Quelques jours après la célébration de son mariage, la journaliste Hajar Raissouni est revenue sur son séjour en prison. Les circonstances dans lesquelles elle a appris que la...

Asma Marabet : « la pénalisation de l’adultère est contraire à la morale islamique »

L’islamologue et chercheuse, Asma Lamrabet, appelle à la suppression de l’article 490 du code pénal qui punit les relations sexuelles hors mariage. Selon elle et le « collectif...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Le Maroc accélère son déploiement de la 5G

Le Maroc s’active pour disposer d’une connexion internet 5G avant 2030, année où il co-organisera la Coupe du monde 2030 avec l’Espagne et le Portugal.

Lenteur d’Internet au Maroc : les critiques d’un député

Le député Ahmed Abbadi du groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) à la Chambre des représentants a dénoncé le faible débit de la connexion Internet dans plusieurs villes et régions du Maroc, imputant la responsabilité de cette...

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : fin des frais pour le paiement des factures sur internet

Les opérateurs économiques qui continuaient à prélever les frais de service à leurs clients lors des règlements des factures par voie électronique, ont mis fin à cette pratique, a annoncé mardi le Conseil de la concurrence.

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Maroc : La mort en spectacle sur TikTok

S’il y a une fâcheuse tendance qui se développe de plus en plus au Maroc, c’est bien la banalisation de la mort sur TikTok et d’autres réseaux sociaux par des influenceurs marocains.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.