Asma Marabet : « la pénalisation de l’adultère est contraire à la morale islamique »

8 février 2021 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

L’islamologue et chercheuse, Asma Lamrabet, appelle à la suppression de l’article 490 du code pénal qui punit les relations sexuelles hors mariage. Selon elle et le « collectif 490 », groupe qui dénonce le même article, ce texte est contraire à la morale de l’islam et n’est pas applicable dans le Maroc d’aujourd’hui.

Pour Asma Lamrabet, ancienne directrice du Centre des études féminines en Islam, les relations sexuelles hors mariage sont proscrites par l’islam et les autres religions monothéistes. Mieux, dans l’Islam, l’adultère doit être prouvé par le témoignage de quatre personnes. Une exigence qui, selon elle et le « collectif 490 », protège la liberté individuelle des personnes.

« Tenir des relations sexuelles en dehors du mariage est un acte moralement interdit, mais cet acte de consentement entre deux adultes ne peut pas être criminalisé », a expliqué Asma Lamrabet, dont l’avis sur la question rejoint celui de ceux qui appellent à la suppression de l’article 490. Selon elle, le respect ou non de l’interdiction religieuse des relations sexuelles hors mariage, est une question de convictions morales personnelles.

Asma Lamrabet, auteure du livre « Le Coran et les femmes : une lecture de la libération », estime en outre qu’« on ne peut pas tenir les gens responsables de leur relation avec leur Créateur, car c’est confié à Dieu. La loi devrait assurer l’application de la décision de justice, protéger leur vie privée et ne pas les diffamer ».

L’affaire de sextape à Tétouan a ramené sur le tapis cette question de la criminalisation des relations sexuelles hors mariage. La mise en cause, une jeune célibataire, mère de deux enfants, accusée d’« atteinte à la pudeur publique » et de « rapports sexuels hors mariage », a fini de purger sa peine d’un mois d’emprisonnement et a été libérée en début de ce mois. Son amant, lui, est en fuite à l’étranger. « La jeune femme est victime d’atteinte à sa vie privée et victime de la loi qui, au lieu de la protéger, l’a condamnée », avait dénoncé le « collectif 490 ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Droits et Justice - Femme marocaine - Asma Lamrabet - Islam

Aller plus loin

L’islam, « une maladie sexuellement transmissible » selon une professeure de droit

Suite à la plainte déposée par la Ligue des droits de l’Homme, signalant les propos " antisémites et islamophobes", d’une professeure de droit de l’Université d’Aix-Marseille,...

Najat El Ouafi innocentée dans l’affaire de l’adultère

La comédienne Najat El Ouafi et le réalisateur Saïd Khallaf ont été lavés de tout soupçon par le tribunal de première instance de Casablanca. Déjà en septembre 2019, la...

Maroc : les nouveautés du Code de procédure pénale

Le projet de Code de procédure pénale en élaboration depuis des mois, sera enfin disponible cette semaine, pour sa présentation au conseil du gouvernement. Quelques...

Maroc : un imam pris en flagrant délit d’adultère

Un imam a été arrêté en flagrant délit d’adultère. Les faits se sont déroulés la semaine dernière dans une mosquée près de Settat.

Ces articles devraient vous intéresser :

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Aïd al Adha au Maroc : l’appel à l’annulation monte sur les réseaux sociaux

Alors que certains Marocains appellent à l’annulation de la célébration de l’Aïd al-Adha sur les réseaux sociaux, d’autres tiennent au respect de cette tradition religieuse.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.