Revenge porn à Tétouan : la cour d’appel rend son verdict

11 juin 2021 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : J.D

Initialement prévue pour la mi-juillet, le jugement en appel de l’affaire Hanaa B relative à la vengeance pornographique à Tétouan, a eu lieu jeudi. Les organisations de la société civile fortement mobilisées aux côtés de la victime, s’offusquent du verdict de confirmation rendue par la cour d’appel même si cette jeune mère de 24 ans, ne retourne pas en prison.

Initialement prévue à la mi-juillet, l’audience en appel relative à cette affaire dans laquelle Hanaa B. a été victime, en janvier 2021, de vengeance pornographique, s’est soldée par la confirmation du verdict d’un mois de prison et d’une amende de 500 dirhams à l’encontre de la victime. Le juge a également décidé d’étendre le mandat de recherche à l’international contre l’auteur de la vidéo.

Une victoire à demi-teinte, selon le collectif Hors La Loi qui s’était saisi de l’affaire, et a assuré un suivi psychologique et financier de Hanaa. «  Nous sommes soulagés, puisque Hanaa ne retournera pas en prison. Elle avait très peur d’y retourner et n’en dormait plus  », a confié, 0 Médias24, Ghizlaine Mamouni, avocate du collectif, avant de souligner son insatisfaction quant à la décision du juge de confirmer les charges contre sa cliente.

Après la publication à son insu d’une vidéo d’elle à caractère pornographique, la jeune femme de 24 ans, mère de deux enfants, avait été condamnée pour attentat à la pudeur et relations sexuelles hors-mariage. Ce verdict avait suscité une levée de boucliers chez les activistes de la société civile qui y voient une atteinte aux libertés individuelles, dénonçant le fait que l’auteur de la vidéo soit en liberté aux Pays-Bas.

A lire : "Moulat Al Khimar" , héroïne d’une vidéo hot, interpellée à Tétouan

Depuis sa sortie de prison le 03 février dernier, Hanaa n’arrive pas à tenir face aux nombreuses pressions et différentes formes de harcèlement qu’elle subit au quotidien, dénonce Karima Nadi, défenseur des droits humains. Hanaa a vécu un passé tumultueux et douloureux.

Abandonnée à la naissance par sa mère biologique, elle a été adoptée très jeune par une famille de milieu modeste à Tétouan. Elle devint mère pour la première fois à quatorze ans après avoir été violée, confiait Karima Nadir. «  Elle était seule, il fallait que l’État l’accompagne sur le plan psychologique et social. Il fallait qu’elle soit placée dans un orphelinat, et que son enfant puisse être adopté par une famille stable  », plaidait Me Hamidi dans les colonnes de Telquel. L’avocat évoquait la responsabilité de l’État dans le tournant qu’a pris la vie de la jeune femme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Tétouan - Prison - Vidéos

Aller plus loin

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la sextape (Moulat el khimar)

De nombreuses révélations ont été faites dans l’affaire de la jeune femme au voile intégral (« Moulat el khimar). Interpellée en fin de semaine dernière, son partenaire est...

Maroc : "Moulat el Khimar", l’héroïne d’une vidéo hot condamnée

Le tribunal de première instance de Tétouan a condamné « Moulat Al Khimar », la fille au voile islamique intégral, héroïne d’une vidéo hot devenue virale sur les réseaux...

Stop 490 : mobilisation au Maroc pour la libération de Hanaa

Le mouvement « Hors la loi » demande aux Marocains de partager sur les réseaux sociaux, le message « Stop 490 », en rouge. Le but est d’obtenir la libération de Hanaa, une jeune...

Une Marocaine mariée condamnée pour avoir envoyé des vidéos pornographiques à son amant

Le tribunal correctionnel de Youssoufia a condamné une femme mariée à six mois de prison ferme pour enregistrement et envoi de vidéos pornographiques via WhatsApp à son amant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.