Le procès de Soulaimane Raissouni à nouveau reporté

30 mars 2021 - 16h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le procès relatif à « l’agression sexuelle » impliquant le journaliste Soulaimane Raissouni s’est ouvert mardi. Pour la troisième fois, la Cour d’appel de Casablanca l’a renvoyé à l’audience du 15 avril, a confié à l’AFP Me Mohamed Sadqo l’avocat de la défense.

Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum (aujourd’hui disparu) comparaît pour « attentat à la pudeur avec violence » et « séquestration ». Il est poursuivi sur saisine de la justice par un militant des droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres). Les avocats de l’accusé et soutiens exigent sa libération après dix mois de détention préventive dans le dossier enrôlé sous « agression sexuelle ». Pour la défense, le prévenu n’a pas été « arrêté en flagrant délit. Il dispose de toutes les garanties pour assister libre à son procès », a précisé Me Sadqo qui n’approuve pas le rejet de toutes les demandes de remise en liberté.

L’avocat du plaignant, Me Omar Alouane, dit ne pas être opposé à cette remise en liberté. Son principal objectif était de « prouver le préjudice de son client ». Le journaliste n’a d’ailleurs jamais reconnu les faits mis à sa charge. Dans un communiqué, les soutiens de l’accusé affirment que le dossier a pris l’allure d’un « procès politique ». Le comité de soutien du rédacteur en chef s’indigne de « l’instrumentalisation de la justice » contre « des voix critiques du pouvoir », exigent le respect des procédures judiciaires et l’indépendance de la justice.

Depuis sa création en 2009, les journalistes et les responsables du quotidien indépendant Akhbar al-Yaoum se disent persécutés par la justice. La journaliste Hajar Raissouni, nièce du rédacteur en chef et officiant dans la même rédaction a été condamnée en 2019 à un an de prison pour « avortement illégal » et « relation sexuelle hors mariage », avant d’être libérée. Le directeur de journal, Taoufiq Bouachrine, a écopé en 2018 de 15 ans de prison en appel contre 12 ans en première instance, pour des « violences sexuelles » qu’il n’a jamais reconnues.

Sujets associés : Droits et Justice - Procès - Harcèlement sexuel - Avortement - Akhbar Al Yaoum

Aller plus loin

Une première au Maroc : un couple poursuivi pour adultère, acquitté

Le tribunal de première instance de Zagora a rendu un jugement qui donne de la matière au grand débat sur la liberté des relations sexuelles hors mariage et les libertés...

Casablanca : sit-in pour la libération de Soulaimane Raissouni

La mobilisation en faveur de la libération du journaliste Soulaimane Raissouni est toujours aussi grande. Un sit-in de solidarité a été organisé jeudi, devant la prison...

France : un jeune marocain poursuivi pour le meurtre de Sainte-Valérie

Deux jeunes Lotois dont un originaire du Maroc soupçonnés du meurtre d’un ancien toxicomane de 37 ans, en juin 2016 à Sainte-Valérie ont comparu, lundi 22 mars, devant la cour...

Accusée de maltraiter Soulaimane Raissouni, la DGAPR se défend

La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) ne se reconnait pas dans les accusations de maltraitance à l’encontre de Soulaimane Raissouni...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.