Zbarbooking et Brahim Bouhlel restent en détention

15 avril 2021 - 21h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le tribunal de première instance de Marrakech a décidé mercredi, de reporter au 21 avril, le procès de l’Algérien Brahim Bouhlel et du Franco-Marocain Zbarbooking. La demande de libération conditionnelle des deux prévenus déposée par leurs avocats a été également rejetée.

Le Marocain est un influenceur et l’Algérien, un acteur de cinéma. Ils sont tous les deux poursuivis pour « diffamation et publications de photos de mineurs sans le consentement des parents ». Brahim Bouhlel et Zbarbooking ont été arrêtés le lundi 5 avril, suite à la publication d’une vidéo insultante envers les Marocaines et des enfants postée sur les réseaux sociaux.

Ils sont poursuivis pour des délits qui, selon le Code pénal marocain, sont passibles de peines allant jusqu’à cinq ans de prison. Mercredi lors de la première audience, le juge du tribunal de première instance de Marrakech, sans en donner les raisons, a décidé de renvoyer le procès au 21 avril.

Sujets associés : Procès - Prison - Youtube - Arrestation

Aller plus loin

Brahim Bouhlel et Zbarbooking risquent 2 ans de prison au Maroc

L’acteur franco-algérien Brahim Bouhlel et l’influenceur marocain Zbarbooking ont été placés en garde à vue, lundi 5 avril. Avec l’acteur franco-algérien Hedi Bouchenafa, ils...

Le procès de Soulaimane Raissouni à nouveau reporté

Le procès relatif à « l’agression sexuelle » impliquant le journaliste Soulaimane Raissouni s’est ouvert mardi. Pour la troisième fois, la Cour d’appel de Casablanca l’a renvoyé...

Du soutien pour Brahim Bouhlel, en prison au Maroc

La condamnation par la justice marocaine de Brahim Bouhlel continue d’alimenter la polémique dans le milieu artistique. Franck Gastambide et certains membres de l’équipe «...

Brahim Bouhlel et Zbarbooking libérés ce mercredi ?

Le tribunal de Marrakech statue ce mercredi sur la demande de remise en liberté sous caution de Brahim Bouhlel et Zbarbooking, condamnés à huit mois de prison ferme au Maroc...

Ces articles devraient vous intéresser :

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.