Brahim Bouhlel et Zbarbooking risquent 2 ans de prison au Maroc

6 avril 2021 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

L’acteur franco-algérien Brahim Bouhlel et l’influenceur marocain Zbarbooking ont été placés en garde à vue, lundi 5 avril. Avec l’acteur franco-algérien Hedi Bouchenafa, ils avaient diffusé le week-end dernier une vidéo dans laquelle ils ont tenu des propos dégradants envers les Marocaines et ont humilié des enfants.

L’information judiciaire ouverte à la demande du procureur du roi à Marrakech avance. L’acteur franco-algérien Brahim Bouhlel et l’influenceur marocain Zbarbooking ont été interpellés puis placés en garde à vue. Sous couvert du secret d’instruction, les agents de la police judiciaire mènent une enquête préliminaire, a déclaré à Le360 Mourad Elajouti, président du club des avocats du Maroc, expliquant que la durée de cette garde à vue dépendra de cette enquête. Toutefois, « la durée de la garde à vue est de 48 heures, et peut être prolongée de 24 heures après autorisation écrite du procureur du roi », a-t-il précisé. Après leur placement en garde à vue, les mis en cause devront passer devant le procureur du roi à Marrakech, a encore précisé l’avocat.

Quant à l’acteur franco-algérien Hedi Bouchenafa qui était avec Brahim Bouhlel et l’influenceur marocain Zbarbooking au moment des faits, il ne sera visiblement pas inquiété. Du moins, pour le moment. Il a eu le temps de quitter le Maroc pour la France bien avant le début des ennuis judiciaires.

Le week-end dernier, Brahim Bouhlel avait diffusé une vidéo insultante à l’égard du Maroc. Mourad Elajouti, qui a « condamné vigoureusement les propos haineux, abjects et racistes proférés à l’encontre des enfants marocains par des pseudos-humoristes/influenceurs » faisait savoir que le procureur du roi de Marrakech avait donné des instructions pour l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre des deux acteurs franco-algériens et du snapchatteur franco-marocain.

Selon l’avocat, les auteurs de la vidéo risquent gros. L’article 431-5 de la section II sur la discrimination dans le Code pénal stipule qu’«  est puni d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de 5 000 à 50 000 dirhams ou de l’une de ces deux peines seulement quiconque a incité à la discrimination ou à la haine entre les personnes ». Le même article stipule aussi que « la peine encourue sera l’emprisonnement d’un an à deux ans et d’une amende de 5 000 à 50 000 dirhams ou l’une de ces deux peines seulement si l’incitation à la discrimination ou à la haine entre les personnes est commise par discours, cris ou menaces proférés dans les lieux ou réunions publics, par des affiches exposées aux regards du public ou par tout moyen qui remplit la condition de publicité y compris par voie électronique, sur papier ou par voie audiovisuelle ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Algérie - Droits et Justice - Enquête - Garde à vue

Aller plus loin

Brahim Bouhlel : un an de prison au Maroc pour « sa mauvaise blague »

L’humoriste français, Brahim Bouhlel et l’influenceur Zbarbooking ont été condamnés à la prison ferme par la justice marocaine pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une...

Espagne : des ennuis judiciaires en vue pour les membres du Polisario

Les membres du Polisario qui avaient attaqué le consulat général du Maroc à Valence risquent des poursuites judiciaires. Le procureur général de Valence a décidé d’ouvrir une...

Zbarbooking et Brahim Bouhlel restent en détention

Le tribunal de première instance de Marrakech a décidé mercredi, de reporter au 21 avril, le procès de l’Algérien Brahim Bouhlel et du Franco-Marocain Zbarbooking. La demande de...

Des soucis avec la justice pour Brahim Bouhlel, Hedi Bouchenafa et Zbarbooking

En compagnie du snapchatteur franco-marocain Zbarbooking et du Franco-algérien Hedi Bouchenafa, l’acteur algérien Brahim Bouhlel a diffusé une vidéo dans laquelle il insulte les...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.