Le Maroc menacé par « de grands dangers » à cause des pénuries d’eau

30 août 2018 - 18h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

De nombreux pays arabes, notamment le Maroc, s’exposent à de graves crises économiques à cause de leurs politiques inefficaces en matière d’eau.

Le cri d’alarme a été lancé dans un rapport qui vient d’être publié par la Banque mondiale et la FAO selon lequel les pays de la région Mena pourraient perdre de 6 à 14% de leur PIB s’ils ne gèrent pas efficacement les pénuries d’eau. Le stress hydrique, précisent les auteurs, exposent « leur population à de grands dangers économiques ».

D’après ce rapport, plus de 60% de la population de la région se concentrent dans des zones affectées par un stress hydrique de surface élevé ou très élevé, alors que la moyenne dans le monde se situe aux alentours de 35%.

Pour la Banque mondiale et la FAO, les pénuries sont de plus en plus sévères à cause « de la demande croissante en eau et des changements climatiques ». Pour y remédier, il faudra donc une gestion à long terme des ressources et la remise à plat des politiques actuelles jugées très inefficaces.

Sujets associés : Eau - Banque mondiale - FAO

Aller plus loin

Maroc : un rapport inquiétant de la banque mondiale sur la sécurité de l’eau

En tout, 71% de la population marocaine sont exposés à un "haut niveau de stress hydrique". C’est ce qu’indique le dernier rapport de la banque mondiale intitulé "Au-delà de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.