Maroc : flambée des prix des produits alimentaires à la veille du Ramadan

31 mars 2021 - 13h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Dans les prochaines semaines, en raison de la très forte demande en période de Ramadan, les prix des produits de première nécessité pourraient connaître une forte hausse. Les associations de protection des droits des consommateurs alertent et invitent la population à éviter le gaspillage.

Plusieurs raisons sont à la base de ce phénomène, explique H24Info : l’augmentation des prix des matières premières au plan international, celle du coût du pétrole. Sur place, Bouazza Kherrati, le président de la Fédération Marocaine des Droits du Consommateur (FMDC) indique que « le prix des cordes de paille est passé de 350 DH à 700 DH, soit une augmentation de 100 %, par conséquent, le prix de la production des viandes est affecté ».

Il convient de ne pas oublier « la hausse de la taxe des droits de douane qui a augmenté de 24 % à 40 % » soulevée par un interlocuteur du média, ainsi que la hausse des prix des carburants et des lubrifiants qui contribue pour près de +0,8 point à l’accroissement global des prix, contre −0,7 point la même période de 2020, compte tenu d’un cours du Brent prévu à 70 $/baril, au lieu de 31,47 $/baril, une année auparavant.

Autant de considérations qui ont des répercussions sur le marché national marocain, sans oublier les intermédiaires et les spéculateurs qui comptent sur la très forte demande en cette période pour faire d’extraordinaires profits sur les produits particulièrement demandés comme les légumes, les viandes rouges et blanches, les huiles de table, ainsi que les œufs et certaines céréales.

« Le consommateur ne doit pas participer à cette augmentation des prix en se ruant sur les produits », avertit Kherrati, exhortant « la population à limiter les dépenses au niveau des ménages, que ce soit en termes d’électricité par exemple ou d’un point de vue alimentaire ». « Lorsqu’on achète deux pains par exemple, et qu’on en jette un à la poubelle, le pain qu’on va manger va coûter deux fois plus cher. Le citoyen doit être conscient et ne pas participer au gaspillage alimentaire », sensibilise-t-il.

Toutefois, les risques inflationnistes « resteraient limités à court terme », atténués notamment par l’appréciation du dirham par rapport au dollar (−6,3 % en janvier 2021, au lieu de −1,3 % en 2020). Au deuxième trimestre de 2021, le taux d’inflation devrait se situer à 1,2 %, au lieu de 0,1 % au premier trimestre, rassure dans sa note le HCP.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Ramadan 2024 - Prix - Alimentation - Alerte

Aller plus loin

Le HCP évoque les raisons d’une inflation modérée au Maroc

Le Haut-commissariat au Plan (HCP) a présenté samedi dernier la situation globale de l’inflation au Maroc. Dans sa note explicative, le HCP donne les raisons pour lesquelles les...

Le Maroc veut s’imposer sur le marché du « kasher »

Le Maroc manifeste un intérêt pour le marché du «  kasher  ». Dans ce sens, un accord-cadre a été signé entre l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) et l’Organisme...

Forte augmentation du prix des oeufs au Maroc à quelques semaines du ramadan

Les prix des produits de grande consommation connaissent une forte hausse à quelques semaines du Ramadan. Après l’huile de table, le prix des œufs, l’un des produits...

Des changements à prévoir pour Royal Air Maroc

Durant tout le mois sacré du ramadan, Royal air Maroc (RAM) a décidé d’avancer d’une heure les horaires des vols au départ comme à l’arrivée des différents aéroports du royaume....

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et heure d’été : le mécontentement des Marocains grandit

Les Marocains continuent d’exprimer leur opposition au changement d’heure pendant le mois sacré de Ramadan, estimant qu’il affecte la santé et le moral. Ils appellent à un retour à l’heure GMT qui selon eux est l’heure normale.

Offense au roi Mohammed VI, Medi 1 TV s’explique

La direction de la chaîne Medi 1 TV s’est expliquée sur « une erreur de frappe » qui s’est glissée dans la bande de texte de l’émission « Ramdan m’3ana », diffusée dimanche avant la rupture du jeûne.

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Le Maroc fête l’Aïd al fitr le samedi 22 avril

Le Maroc célèbre l’Aïd Al Fitr ce samedi 22 avril, selon une annonce faite par le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le ministère a confirmé la date après avoir procédé à une observation minutieuse du croissant lunaire, comme l’exige la...

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.