La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

17 août 2022 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

« En dehors de la région de l’Est, toutes les régions oléicoles du Maroc subiront une baisse de production très importante », prévient Rachid Benali, président de la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’olive (INTERPROLIVE).

À lire : Maroc : vers une baisse de la production d’olive

En cause, le changement climatique que connaît le Maroc, marqué par des vagues de chaleur successives. Pour remédier à ce problème, Rachid Benali appelle à une rationalisation de l’utilisation de l’eau. « Nos efforts doivent être orientés vers l’utilisation rationnelle de nos ressources en eau en transférant l’eau du barrage d’Al Wahda vers d’autres régions, en limitant les cultures gourmandes en eau, en interdisant l’irrigation, en construisant plusieurs petits barrages et en reboisant les forêts », a-t-il conseillé.

Sujets associés : Eau - Agriculture - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Maroc : augmentation de la production nationale d’olives malgré la sécheresse

Une forte hausse de la production d’olives a été enregistrée au Maroc durant la campagne agricole 2021-2022. Elle est estimée à près de 2 millions de tonnes, soit une...

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des...

Huile d’olive au Maroc : prix élevés et fraude en vue

La sécheresse qui a durement frappé le Maroc et la hausse des prix due à la crise mondiale pourraient conduire à une augmentation de la fraude à l’huile d’olive et un...

Huile d’olive : les professionnels marocains déçus par la récolte

Les professionnels marocains de l’huile d’olive s’attendent à une récolte supérieure à celle de l’année dernière. Toutefois, la réussite de la campagne de cette année reste...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.