Maroc : de nouvelles mesures pour améliorer les produits cacher

8 novembre 2022 - 20h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

La Commission de la Cacheroute au Maroc affilié à la Communauté juive marocaine a pris des nouvelles mesures afin « d’améliorer la valeur du contrôle du signe Cacher Maroc sur le territoire du national, notamment à Marrakech et Casablanca ».

Le rabbin-juge Gabriel Kessous, responsable de l’abattage rituel, est chargé de superviser les gérants de restaurants, de traiteurs et de boulangeries de Casablanca qui sont titulaires d’une licence, fait savoir la Commission de supervision du label. Ceux de Marrakech sont, eux, sous le contrôle du rabbin Berdah. Les personnes à la recherche de produits cacher sont invitées à consulter la liste des fournisseurs portant la marque « Cacher-Maroc ».

À lire : Pas de taxe « cacher » pour les touristes israéliens en visite au Maroc

Selon la Commission, il n’est pas exclu que d’autres produits comme le vin, des confiseries en conserve et des produits dérivés du lait s’ajoutent à ce label. Cette dynamique s’inscrit dans le cadre de « l’effort de développement des produits de cacher au Maroc ».

À lire : Les Marocains se mettent au «  casher  » pour séduire les Israéliens

Au Maroc, la Commission de la Cacheroute de la communauté juive de Casablanca est le seul organisme habilité à délivrer les autorisations « Teoudoth » et le droit d’usage du label. Elle est composée de Beth Din, la seule instance responsable de toutes les questions relatives au respect des prescriptions religieuses.

Sujets associés : Marrakech - Casablanca - Judaïsme marocain

Aller plus loin

Une enseignante israélienne met en avant la cuisine marocaine et la darija (vidéo)

Ruti Ben Ami, enseignante israélienne, construit le pont entre la langue arabe et la cuisine marocaine. Elle rêve d’une véritable paix entre les Juifs et les Arabes.

Pas de taxe « cacher » pour les touristes israéliens en visite au Maroc

La rumeur selon laquelle les touristes israéliens en visite au Maroc seraient soumis à une taxe en contrepartie de la délivrance du «  Label Casher Maroc  », est complètement...

Les Marocains se mettent au «  casher  » pour séduire les Israéliens

Au Maroc, les acteurs touristiques veulent attirer les touristes israéliens pour se refaire une santé financière en ces temps de Covid-19. La formule est trouvée : le «  casher  ».

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les nouvelles mesures sur la communauté juive, saluées

David Toledano, membre de la communauté juive marocaine et président de la Fédération des industries des matériaux de construction, a salué le décret, portant organisation des communautés juives, estimant que ce texte est « exceptionnel [et] répond...

Maroc : un nouveau dispositif pour l’organisation de la communauté juive

Le gouvernement Akhannouch a présenté au roi Mohammed VI une série de mesures prises concernant l’organisation de la communauté juive marocaine,lors du conseil des Ministres présidé par le souverain.

Les confidences de Gad Elmaleh sur sa rencontre avec le pape François

L’humoriste marocain Gad Elmaleh s’est confié après sa rencontre avec le pape François, au Vatican le 23 décembre, à qui il a présenté son film « Reste un peu », sorti en France le 16 novembre et dont le scénario repose sur son cheminement spirituel...

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Emmanuelle Chriqui : Une voix marocaine contre l’antisémitisme

À l’heure où la guerre fait rage entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, l’actrice canadienne d’origine marocaine Emmanuelle Chriqui dénonce le déferlement d’antisémitisme.