Maroc, première destination des retraités français

2 août 2012 - 14h10 - France - Ecrit par : J.L

Les retraités français préfèrent vieillir bronzés au Maroc, car le pays leur redonne goût à la vie. Quelque 50.000 retraités français ont déjà élu domicile dans le Royaume, principalement dans le sud du pays. Pourtant, la tendance n’en est qu’à ses débuts !

Le Maroc est le premier pays de résidence des retraités français hors du continent européen. La destination est tellement en vogue que ni le printemps arabe, ni l’attentat terroriste de Marrakech ne sont arrivés à l’ébranler.

Le pouvoir d’achat et une fiscalité avantageuse ne sont pas les seuls atouts qui attirent les Français au Maroc. Ceux-ci choisissent le Maroc parce qu’il "s’agit d’une façon audacieuse de vivre les vingt ou trente dernières années de leur vie en bonne santé", affirme le sociologue Eric Donfu au Parisien.

Partir vivre au Maroc, c’est aussi "retrouver une certaine forme de jeunesse, le désir de recommencer quelque chose", explique le sociologue français.

Les régions d’Agadir, El Jadida ou encore Marrakech, font partie des destinations de prédilection des retraités français, dont deux sur dix quittent la France parce que leur pouvoir d’achat ne leur permet plus d’y vivre, selon une enquête Ipsos réalisée en 2010.

Sujets associés : France - Immigration - Impôts - Inflation

Aller plus loin

Le Maroc, destination préférée des Français en Afrique

Le Maroc est la première destination africaine des Français présents sur le continent, selon le rapport du ministère français des Affaires étrangères sur les Français à l’étranger.

Ruée des retraités français au Maroc, une bonne affaire pour les agents immobiliers (vidéo)

De nombreux retraités français choisissent la destination Maroc pour y passer leurs vieux jours. Un phénomène croissant qui fait le bonheur des agents immobiliers.

Ces articles devraient vous intéresser :

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

On reparle encore d’un impôt sur la fortune au Maroc

L’impôt sur la fortune pourrait être instauré dans le projet de loi de finances 2023 (PLF2023) actuellement en cours de finalisation par le gouvernement. Il devrait contribuer à renflouer les caisses de l’État en ces temps de crise.

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan (HCP), l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 8,9 % au...

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

Maroc : vers une réduction de la TVA sur certains produits

Une réduction de la TVA sur certains produits de base est actuellement à l’étude par le gouvernement. Objectif : tenter de faire baisser la facture des ménages.

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Recettes fiscales : le FMI fait des recommandations au Maroc

Le Maroc n’exploite pas totalement sa capacité fiscale, selon le Fonds monétaire international, qui estime que la part des recettes fiscales dans le produit intérieur brut (PIB) du pays demeure relativement faible.

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...