Le Maroc renforce la sécurité et adopte une nouvelle loi sur le port d’armes

16 janvier 2008 - 02h40 - Ecrit par : L.A

Avec les récentes opérations terroristes en Algérie et Mauritanie, la vigilance reste de mise au Maroc, qui vient de mettre en place une nouvelle loi autorisant les vigiles à porter et utiliser leurs armes. Néanmoins, pour les professionnels, cette loi pose des difficultés pour son application.

Depuis les attentats perpétrés en Algérie et l’assassinat de touristes français en Mauritanie, le Maroc, pays frappé par le terrorisme à maintes reprises, mène une politique sécuritaire rigoureuse.

En dépit d’une situation sécuritaire relativement stable, beaucoup de citoyens marocains ont constaté ces derniers temps un véritable déploiement des services de l’ordre. Dans presque toutes les villes du royaume, particulièrement les destinations touristiques, un important dispositif sécuritaire est mis en place.

A Casablanca, les agents de la police en uniforme ou en civil couvrent les principales artères de la capitale économique. A l’entrée comme à la sortie de la ville, des barrages de contrôle sont dressés. Motards et voitures de police sillonnent les boulevards et les périphéries de la ville tout au long de la journée.

D’après un responsable sécuritaire de la Préfecture de Police de Casablanca qui a opté pour l’anonymat, le déploiement des services de l’ordre dans les principales villes du Maroc donne aux citoyens un plus grand sentiment de sécurité. Cette présence renforcée permet également de protéger les citoyens contre toutes les menaces terroristes, qu’elles soient locales ou proviennent de l’Organisation al-Qaïda au Maghreb Islamique.

Une nouvelle loi est entrée en vigueur depuis le mois décembre, permettant "aux personnels des entreprises de gardiennage et de transport de fonds" d’être armés. Cette nouvelle loi vient modifier un dahir, ou décret, de 1941 qui limitait le port, la détention et le dépôt des armes et de leurs munitions aux "seuls les représentants des forces de l’ordre".

Malgré cette nouvelle prérogative, les professionnels des activités de gardiennage, de surveillance et de transport émettent des réserves.

Le directeur d’une société de gardiennage de Casablanca estime que la véritable difficulté de cette loi tient à son application. Elle nécessite d’importants investissements dans la logistique et les armes et des équipes qualifiées pour le port et l’usage des armes. "Dans le contexte actuel au Maroc, aucune entreprise intervenant dans le secteur du gardiennage et la surveillance n’est qualifiée pour l’usage des armes dans ses activités", indique Abdelkbir Zehgnoun, concluant que cela exige un niveau de professionnalisme très avancé.

En effet, un haut degré d’exigence cadre cette nouvelle loi. Selon la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), les sociétés de gardiennage et de transport de fonds devront mettre en place de nouvelles conditions d’embauche. Elles ne peuvent plus recruter n’importe qui pour le poste d’agent de sécurité. La loi indique, dans son article 5, que "nul ne peut être embauché… s’il a fait l’objet d’une condamnation à une peine correctionnelle ou à une peine criminelle".

Reste à savoir maintenant quel genre d’armes feront partie de l’arsenal de sécurité de ces agents de sécurité privée. Les seules armes dont disposent les agents, pour l’instant, sont les détecteurs de métaux.

Magharebia - Hassan Benmehdi

Tags : Terrorisme - Lois - Défense - Armement

Nous vous recommandons

Immobilier : les Marocains parmi ceux qui achètent le plus en Espagne

Le marché du logement en Espagne se remet progressivement des effets de la crise sanitaire. Malgré cette crise, les Marocains font partie des étrangers à acquérir plus de logements dans le pays.

Maroc : voici la date l’Aïd al-Adha 2022

La date de l’Aïd al-Adha 2022 au Maroc est désormais connue. Du moins, selon les calculs astronomiques.

Ryanair reprend ses vols vers le Maroc le 1er mars

Ryanair a annoncé la reprise de ses liaisons aériennes de et vers le Maroc depuis sa base de Séville, dès le 1ᵉʳ mars. La compagnie va relier six villes marocaines dont la capitale, Rabat.

Zakaria Moumni obtient l’asile politique au Canada

L’ancien champion marocain de kickboxing, Zakaria Moumni, qui avait demandé l’asile politique au Canada, après avoir quitté la France, vient d’obtenir gain de cause. Le 26 mai dernier, le pays lui a accordé le statut de réfugié...

Ryanair quitte-t-elle le marché marocain ?

La low cost irlandaise Ryanair compterait quitter le marché marocain à cause de “tensions” avec les autorités marocaines qui ont prolongé la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier...

Des mineurs marocains dans une situation critique à Bruxelles

Environ une cinquantaine de mineurs non accompagnés, dont de nombreux Marocains sont livrés à eux-mêmes dans les rues de Bruxelles, faute de prise en charge. Des associations de défenses alertent et demandent des mesures urgentes et...

Une boule de feu aperçue dans le ciel marocain (vidéo)

Une boule de feu est passée dans le ciel marocain, au nord-ouest du royaume, à une altitude d’environ 128 kilomètres et à une vitesse de 245 000 km/heure.

Une ville espagnole inflige une grosse amende à la ville de Tanger

La ville de Tanger, propriétaire du palais Álava-Esquível, doit à la mairie de Vitoria (nord de l’Espagne) une dette de 174 443 euros pour ne pas avoir entretenu cet immeuble.

Vahid Halilhodzic critique les binationaux

En conférence de presse jeudi, Vahid Halilhodzic s’est prononcé sur les binationaux, surtout sur le refus de certains de jouer pour les Lions d’Atlas, préférant parfois opter pour leur seconde partie.

Beni-Mellal : frappé par une enseignante, un élève dans un état critique

La police a interpellé une institutrice d’une école privée de Béni Mellal pour violences envers un élève mineur. Les parents ont porté plainte et une enquête a été ouverte.