Maroc : le gouvernement très mécontent du rapport de Reporters sans frontières

21 avril 2019 - 17h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Comme prévu, le gouvernement vient de réagir au rapport sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas du tout satisfait des conclusions de ses auteurs.

Dénonçant « vigoureusement » le mépris de RSF, le gouvernement met en doute, encore une fois, les critères d’objectivité et de transparence dans ses rapports et déclarations sur la liberté de la presse au Maroc.

Pour le gouvernement, RSF « viole de nouveau » les règles d’objectivité et les critères d’exactitude et de transparence, en classant le Maroc dans la catégorie des « pays à risque » pour la presse, soulignant que l’organisation ignore « délibérément » le climat de liberté, d’ouverture et de pluralité dont jouissent les journaux et les médias.

Selon le ministère de la communication, « la réalité de la pratique du métier, marquée par des initiatives et mesures d’ordre organisationnel qui visent à adapter les établissements médiatiques au climat d’ouverture, de démocratisation et de liberté garanti par la loi, comme le mentionnent des rapports officiels que le ministère va rendre publics ultérieurement, et qui prouvent l’existence d’indicateurs positifs témoignant du respect de la liberté de la presse et de l’édition au Maroc ».

Le ministère affirme que tous les correspondants des différents médias nationaux et internationaux ainsi que les envoyés spéciaux des médias étrangers, exercent leur métier, sur l’ensemble du territoire du Royaume, « en toute liberté et dans des conditions normales, conformément aux dispositions et normes juridiques qui régissent et encadrent le métier de journaliste », ajoutant que « 86 correspondants accrédités au Maroc pour le compte de 49 médias étrangers disposent des toutes les autorisations délivrées par les services compétents du ministère ».

Dans son rapport rendu public cette semaine, RSF classe le Maroc dans une liste « rouge », plus précisément à la 135e place, estimant qu’il n’a fait aucun effort en matière de liberté de presse. L’organisation a dénoncé les procès « d’Ali Anouzla, rédacteur en chef du site d’information Lakome2, dont le procès dure depuis plus de cinq ans, et Maati Monjib, président de l’Association marocaine du journalisme d’investigation (AMJI), qui fait face à la justice depuis près de quatre ans ».

Sujets associés : Presse - Reporters sans frontières (RSF) - Ali Anouzla - Mustapha El Khalfi - Maâti Monjib

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

La situation de la presse au Maroc est difficile selon RSF

Le rapport annuel que réalise Reporters Sans Frontières (RSF), attribue une place défavorable au Maroc. En effet, comme l’an passé, le royaume qui n’a semblé faire aucun effort en...

Nous vous recommandons

Presse

Maroc : deux journalistes en grève de la faim

Deux journalistes marocains, en détention préventive depuis huit et dix mois, dans l’attente de leur jugement, observent une grève de la faim. Ils espèrent ainsi obtenir leur libération provisoire, ont annoncé leurs avocats...

Le procès du journaliste Omar Radi renvoyé au 15 juin

Le procès du journaliste Omar Radi est renvoyé au 15 juin prochain. Cette décision intervient après que ses avocats ont mis en avant les « irrégularités » qui plombent le volet « espionnage » de ce...

MBC5 a fait flop avec son programme Ramadan au Maroc

La nouvelle chaine du groupe MBC5 a fait flop au Maroc. Elle a raté tout simplement le coche en comptant sur le marché marocain.

Le Point censuré au Maroc ?

Le dernier numéro du magazine français Le Point aurait été censuré au Maroc. C’est du moins le constat fait suite à la non-distribution du numéro du 22 avril 2021 sur le territoire marocain.

Covid-19 au Maroc : les propositions d’un médecin chercheur pour contenir la situation épidémiologique

Le tableau épidémiologique du Covid-19 que présente le Maroc préoccupe le docteur Tayeb Hamdi. Le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé propose des décisions courageuses pour éviter une perte du contrôle de cette...

Reporters sans frontières (RSF)

RSF appelle à la libération d’un journaliste emprisonné au Maroc

Reporters sans frontières (RSF) a appelé les autorités marocaines à libérer le journaliste Mohamed Lamine Haddi, collaborateur de la chaîne de télévision de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD)  » incarcéré au Maroc depuis 10 ans. L’ONG...

Pegasus : Hicham Mansouri et 16 autres journalistes rejoignent la plainte de RSF

Le Marocain Hicham Mansouri et 16 autres journalistes de six pays, cibles de Pegasus, ont porté plainte ce vendredi 6 août aux côtés de Reporters sans frontières contre NSO Group, le fabricant israélien du logiciel espion. RSF a également saisi...

Reporters sans frontières : le Maroc toujours mal classé

Le Maroc a gagné une place dans le dernier classement annuel de Reporters sans frontières (RSF), qui a néanmoins alerté sur une situation précaire des médias indépendants dans le royaume.

Maroc : le gouvernement dénonce les accusations de RSF

Après la publication par Reporters Sans Frontières (RSF), d’une capsule vidéo dénonçant la dégradation de l’état de la liberté d’expression au Maroc, c’est au tour des autorités de monter au créneau, pour dénoncer ce qu’elles qualifient d’«  attaques injustifiées ...

RSF appelle à l’arrêt du harcèlement d’Omar Radi

Reporters sans frontières réagit à l’interpellation du journal Omar Radi. Pour RSF, les autorités marocaines doivent mettre fin au harcèlement du journaliste.

Ali Anouzla

Mustapha El Khalfi

« Sebta et Melilla sont historiquement marocaines »

Le président de la commission du Sahara marocain au sein du Parti de la justice et du développement (PJD), Mustapha El Khalfi, reste très critique vis-à-vis de l’Espagne qui jouerait à un jeu flou sur la question du Sahara. Il a déclaré au cours d’une...

Maâti Monjib

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne, et une...

Maâti Monjib toujours en grève de la faim, RSF réclame sa « libération immédiate »

Incarcéré à la prison locale El Arjat 2, l’historien et journaliste franco-marocain Maâti Monjib poursuit sa grève de la faim entamée, le 4 mars dernier, pour « dénoncer l’injustice dont il est victime ». RSF a organisé, vendredi 19 mars, une manifestation...

Une grève de la faim de 24 h en soutien à Soulaiman Raissouni ce mercredi

En soutien au journaliste Soulaiman Raissouni, le comité France de soutien à Maâti Monjib lance une campagne internationale de grève de la faim le mercredi 26 mai 2021. À cet effet, il invite les hommes et femmes démocrates à observer demain une grève de...

Le procès de l’historien Maâti Monjib à nouveau reporté

L’historien marocain et défenseur des droits humains Maâti Monjib, poursuivi pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État », a annoncé jeudi, que son procès en appel a été renvoyé. L’affaire dans laquelle l’accusé n’a cessé de clamer son innocence,...

Un an de prison pour Maati Monjib, son comité de soutien crie à l’injustice

L’historien et défenseur des droits humains marocain, Maati Monjib a écopé d’un an de prison ferme pour « fraude » et « atteinte à la sécurité de l’État ». Son comité de soutien qui dénonce un « verdict injuste et vengeur » exige sa libération...