Urbanisme au Maroc : des sanctions en perspective pour des présidents de communes

15 février 2022 - 17h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a instruit les walis et les gouverneurs à l’effet de sanctionner sévèrement toutes les violations qui entachent le secteur de l’urbanisme dans les communes.

Les présidents des communes qui violeront les règles d’urbanisme en vigueur seront sanctionnés. Ce sont les instructions que les walis et les gouverneurs ont reçues de la part du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Ces instructions font suite à la correspondance que le wali de Rabat-Salé-Kenitra, Mohamed El Yacoubi a adressée à la ministre de l’Urbanisme, Fatima-Zahra Mansouri pour dénoncer les violations des règles d’urbanisme, fait savoir Al Akhbar. Dans sa correspondance, il a évoqué la délivrance aux architectes de certificats de conformité pour des projets dont les travaux n’ont pas encore été achevés.

À lire : Maroc : les défis à relever pour relancer l’habitat et l’urbanisme

De son côté, l’inspection générale de l’administration territoriale a réalisé un rapport qui corrobore les dénonciations émises par le wali de Rabat-Salé-Kenitra. Le rapport met en avant plusieurs dysfonctionnements relatifs au non-respect de la réglementation en vigueur : délivrance de permis de construire sur des lots de terrain issus d’un morcellement illégal et remise d’autorisations de raccordement au réseau électrique en l’absence d’autorisation de construire. Il y a aussi le fait que certains adjoints du président de commune accordent des autorisations de construire sans disposer de délégation de signature dans le domaine de l’urbanisme.

À lire : Maroc : plusieurs maires menacés de révocation

La Cour des comptes a, quant à elle, commandité des audits, lesquels ont relevé plusieurs dysfonctionnements dans la gestion du secteur de l’urbanisme. D’après le rapport d’audit, la plupart des communes ne disposaient pas de plans d’aménagement validés ou prenaient du retard pour les mettre en œuvre. La Cour des comptes révèle en outre la non-conformité des lotissements nouvellement créés aux critères techniques en vigueur, le non-achèvement des travaux des routes, d’éclairage public, de canaux d’assainissement et d’espaces verts par les lotisseurs, etc.

Sujets associés : Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de...

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al...

Urbanisme au Maroc : vers le renforcement des opérations d’inspection

Les ministères de l’Intérieur et de l’habitat veulent renforcer les opérations d’inspection menées dans le domaine d’urbanisme. De nouveaux contrôleurs seront nommés.

Abdelouafi Laftit demande aux communes de « se serrer la ceinture »

Dans une circulaire adressée aux walis des régions et aux gouverneurs des préfectures et provinces, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, demande aux présidentes et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de rationner sa consommation.