Maroc : les défis à relever pour relancer l’habitat et l’urbanisme

24 mai 2021 - 11h40 - Economie - Ecrit par : P. A

De nombreux défis doivent être relevés pour favoriser la relance du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, a indiqué samedi, Nezha Bouchareb, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

« Le secteur de l’habitat et de l’urbanisme a réussi à enregistrer de bons résultats, malgré l’impact négatif de la pandémie », a déclaré Bouchareb, lors d’une conférence sur le thème « La relance du secteur de l’habitat et de l’urbanisme : de nouveaux défis face à la crise », organisée par l’Université Abdelmalek Essaâdi (UAE), en partenariat avec le ministère, rapporte La MAP. Le secteur a donc été résilient face à la crise grâce au leadership du Roi Mohammed VI qui a su mettre en place des politiques pour engager la dynamique de solidarité, le développement de la chaine de valeur, la dématérialisation des procédures, et assurer la promotion de la demande, le maintien de l’emploi et l’implication des professionnels du secteur, fait savoir la ministre.

« La nouvelle dynamique est déjà lancée, il suffit de s’y inscrire », a ensuite soutenu Bouchareb, indiquant que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en plus de ses richesses halieutiques et en biodiversité, est un vivier de ressources humaines qualifiées qu’il faudra exploiter dans le développement de l’économie bleue. La ministre invite aussi à œuvrer pour une justice sociale et spatiale, ce qui passe par une réduction des disparités sociales et des inégalités spatiales afin de répondre aux besoins des citoyens.

Pour le président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, Bouchta El Moumni, ce séminaire vise à contribuer à développer de nouvelles visions et à lier les enjeux pratiques aux perspectives scientifiques, conformément à la vision du roi Mohammed VI. Elle est l’occasion d’aborder les différentes mesures prises ou à prendre pour relever les défis actuels et futurs, à l’aune de la crise sanitaire. Des experts, présidents d’établissements d’enseignement supérieur relevant de l’université, professeurs, professionnels, étudiants chercheurs, responsables du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, et divers acteurs de la société civile, ont pris part à ces échanges qui ont été sanctionnés par la signature d’une convention de partenariat entre le ministère et l’université, en vue de promouvoir la recherche scientifique et la formation au service du développement durable.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Politique de la ville - Nezha Bouchareb

Aller plus loin

Urbanisme au Maroc : des sanctions en perspective pour des présidents de communes

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a instruit les walis et les gouverneurs à l’effet de sanctionner sévèrement toutes les violations qui entachent le secteur de...

Comment le Maroc entend insuffler une nouvelle dynamique au secteur de l’habitat

Le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville a pris de nouvelles mesures consignées dans la loi de finances...

Le plan de relance de l’habitat au cœur du prochain Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement de ce jeudi se penchera sur divers sujets comme le plan de relance du secteur de l’urbanisme et de l’habitat dans le contexte de la crise du coronavirus.

Al Hoceima adopte le guichet unique pour les MRE

À l’instar de l’Agence urbaine de Marrakech, celle d’Al Hoceima a pris une des mesures en vue d’améliorer et faciliter le séjour au Maroc des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Ces articles devraient vous intéresser :

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

5 000 Marocains deviennent propriétaires grâce à l’aide du gouvernement

Sur les 54 000 demandes d’aide au logement enregistrées sur la plateforme dédiée à cet effet, 5 000 ont été déjà acceptées, a annoncé Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Habitat.

Le Maroc va construire deux millions de logements sociaux

Le Maroc devra construire encore près de deux millions de logements sociaux pour satisfaire la demande toujours forte, a indiqué Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la...

Immobilier au Maroc : des changements pour la cession des biens

Au Maroc, l’administration fiscale a changé les modalités de cession des biens immeubles, afin d’augmenter les rentrées des taxes locales, parent pauvre des recettes du Trésor.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.