Maroc : plusieurs maires menacés de révocation

12 juillet 2021 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

À l’approche des élections prévues le 8 septembre prochain, des présidents de communes dirigées par le PJD, le PAM et différents autres partis, sont menacés de destitution et de poursuites judiciaires. L’Inspection générale du ministère de l’Intérieur a relevé de multiples violations et dysfonctionnements dans leur gestion.

Des rapports accablants pour 23 présidents de communes, dont la majorité est affiliée au PJD. Suite à des audits effectués par l’Inspection générale de l’administration territoriale et celle du ministère de l’Économie et des Finances, il a été révélé que les responsables de certaines communes ont commis de graves violations financières et administratives, rapporte Al Akhbar. Les rapports font également état de dysfonctionnements. Il s’agit entre autres de la validation de documents financiers par des élus qui n’ont pas de délégation de signature, l’exonération illégale des taxes sur des terrains non bâtis et du non recouvrement des impôts locaux, ainsi que des loyers de magasins et logements appartenant à la commune.

Les commissions d’inspection ont relevé les mêmes violations dans la gestion des marchés publics par l’exclusion de soumissionnaires sans raisons juridiques ou techniques, ou par l’attribution de marchés à des entreprises dont les capacités techniques et professionnelles ne répondent pas aux normes exigées. Des violations ont été également constatées dans le domaine de l’urbanisme : délivrance de permis de construire individuels sans présentation des dossiers à la commission provinciale de l’urbanisme et sans recueillir l’avis de l’agence urbaine.

À lire : Maroc : le maire de Harhoura destitué pour « graves violations des lois »

Fort de ces violations et dysfonctionnements, le ministère de l’Intérieur a pris des mesures contre les contrevenants, lesquelles sont répartis en trois catégories. Concernant les dysfonctionnements qui n’ont pas d’impact sur le budget de la commune et sur les services offerts aux citoyens, les commissions d’inspection recommandent aux responsables concernés de les corriger et de régulariser les situations irrégulières. S’agissant des cas qui touchent aux domaines des finances et de la comptabilité, ils sont déférés devant les juridictions financières. Une liste de 23 présidents de communes a été établie. Des walis et gouverneurs se chargent aussi de la transmission de certains dossiers aux tribunaux administratifs.

La troisième catégorie porte sur les graves violations commises par les présidents de communes et les élus qui sont soumis à l’article 64 de la loi organique relative aux communes. Les responsables communaux qui s’avéreraient responsables de ces violations seront soit révoqués, soit présentés devant les autorités judiciaires compétentes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : le maire de Harhoura destitué pour « graves violations des lois »

Il n’est plus maire de Harhoura. L’Istiqlalien Faouzi Benallal vient d’être destituée de son poste de président de la commune de Harhoura pour « graves violations des lois et...

Maroc : un élu PJD écope de quatre ans de prison pour ses liens avec Daech

Un conseiller local de la commune rurale de Sidi Boumoussa près de Taroudant a écopé de quatre ans de prison ferme pour ses liens avec l’État islamique. Ainsi en a décidé la...

Urbanisme au Maroc : des présidents de communes devant la justice

Soupçonnés d’avoir commis de graves violations aux règles de l’urbanisme, six présidents de communes devront se présenter devant différentes chambres chargées des crimes...

Urbanisme au Maroc : des sanctions en perspective pour des présidents de communes

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a instruit les walis et les gouverneurs à l’effet de sanctionner sévèrement toutes les violations qui entachent le secteur de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.