Maroc : le maire de Harhoura destitué pour « graves violations des lois »

14 novembre 2018 - 17h45 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Il n’est plus maire de Harhoura. L’Istiqlalien Faouzi Benallal vient d’être destituée de son poste de président de la commune de Harhoura pour « graves violations des lois et règlements en vigueur ».

Selon la Map, le tribunal administratif a décidé de le destituer immédiatement suite à une requête déposée le 29 octobre dernier par l’agent judiciaire du royaume au nom du gouverneur de la préfecture de Skhirat-Temara.

Le désormais ex-maire a été condamné pour avoir violé les « lois et règlements relatifs à l’urbanisme, des dispositions juridiques se rapportant au recouvrement des taxes et droits de la commune et des règles de la concurrence en matière de conclusion des contrats d’exploitation des domaines communaux ».

Il avait 10 jours pour fournir des explications mais ce dernier a présenté des « propos évasifs qui n’ont apporté aucune réponse juridiquement valable au sujet des actes qui lui sont reprochés et qui, au contraire, confirment ces actes ».

Sujets associés : Droits et Justice - Istiqlal - Harhoura

Aller plus loin

Encore de l’insomnie pour Faouzi Benalal

Nouveau rebondissement dans le dossier Faouzi Benalal. Les éléments de la Brigade judiciaire de la gendarmerie royale ont officiellement transmis le dossier d’accusation...

Urbanisme au Maroc : des sanctions en perspective pour des présidents de communes

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a instruit les walis et les gouverneurs à l’effet de sanctionner sévèrement toutes les violations qui entachent le secteur de...

Maroc : plusieurs maires menacés de révocation

À l’approche des élections prévues le 8 septembre prochain, des présidents de communes dirigées par le PJD, le PAM et différents autres partis, sont menacés de destitution et de...

Urbanisme au Maroc : des présidents de communes devant la justice

Soupçonnés d’avoir commis de graves violations aux règles de l’urbanisme, six présidents de communes devront se présenter devant différentes chambres chargées des crimes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...