Tanger : le maire dans la tourmente

14 décembre 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Cinq partis de l’opposition et de la majorité au sein du Conseil communal de Tanger réclament le départ sans délai du maire Mounir Laymouri (PAM). Ils ont déjà saisi le wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima à cet effet.

Ces partis politiques l’accusent de « mener la mairie vers une impasse en s’impliquant dans des affaires douteuses ». L’élu aurait placé certains de ses proches à la tête de certaines commissions et en a gelé d’autres. Une attitude qui, selon les conseillers contestataires, « entravent la bonne marche de plusieurs secteurs vitaux du conseil de la ville de Tanger », rapporte le journal Al Akhbar.

À lire : Maroc : plusieurs maires menacés de révocation

Selon la même source, depuis son élection, Laymouri s’est illustré par une gestion cavalière, entrainant « des conflits entre les présidents des arrondissements et les membres du conseil de la commune ». Les contestataires ajoutent à leur requête adressée au Wali une liste de dysfonctionnements supposés dans la gestion de la ville, surtout dans les secteurs de l’hygiène, de l’éclairage public et du transport public qui, selon eux, retardent le développement local. Ils affirment que maintenir le maire à son poste risque également « d’aggraver la situation et attiser des tensions au sein du conseil communal ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tanger - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Tanger-Tetouan-Al Hoceima - Plainte

Aller plus loin

Urbanisme au Maroc : des présidents de communes devant la justice

Soupçonnés d’avoir commis de graves violations aux règles de l’urbanisme, six présidents de communes devront se présenter devant différentes chambres chargées des crimes...

Rabat : pour des actes de mauvaise gouvernance, le ministère de l’Intérieur refuse de valider le budget annuel de la ville

Inexistence de l’inventaire de son patrimoine immobilier, des villas qui sont louées à 55 dirhams, des commerçants qui sous-louent les magasins de la mairie à des tiers …,...

La corniche de Tanger laissée à l’abandon

Le conseil municipal de Tanger aurait recruté un bureau d’études pour évaluer les pertes matérielles sur la corniche de la ville, laissée dans un état d’abandon, et trouver une...

Maroc : le maire de Harhoura destitué pour « graves violations des lois »

Il n’est plus maire de Harhoura. L’Istiqlalien Faouzi Benallal vient d’être destituée de son poste de président de la commune de Harhoura pour « graves violations des lois et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.