20 milliards de DH pour le plan Maroc vert

5 novembre 2008 - 15h07 - Economie - Ecrit par : L.A

Le plan Maroc vert a désormais son budget. Le Souverain vient de présider la signature d’un contrat-programme portant sur l’accompagnement financier de la nouvelle stratégie de développement agricole au titre de la période 2009-2013. Le contrat-programme a été signé, vendredi dernier, par Aziz Akhennouch, ministre de l’Agriculture, Salaheddine Mezouar, ministre des Finances, et Tarik Sijilmassi, président du directoire du Crédit agricole du Maroc (CAM).

La convention porte sur la mobilisation du Crédit agricole à partir de l’année prochaine, d’une enveloppe de budgétaire de 20 milliards de DH au profit du secteur agricole et agroalimentaire. Pour ce qui est de la répartition de ce budget, 14 milliards de DH serviront au financement des besoins en investissements des agriculteurs conformément à la pratique bancaire classique. La SFDA (Société de financement pour le développement agricole), filiale du Crédit agricole, réservera aux petits agriculteurs une ligne de crédits de l’ordre de 5 milliards de DH. La Fondation Ardi de microcrédit contribuera au financement du plan Maroc vert à hauteur de 1 milliard de DH. Pour appuyer la réalisation de ladite convention, le gouvernement envisage d’associer le groupe CAM dans la mise en place des projets et programmes stratégiques et d’assurer l’assistance et l’encadrement des filières concernées par le plan Maroc vert.

Cette nouvelle stratégie de développement agricole s’articule autour de six idées maîtresses. Primo, le secteur agricole doit être considéré comme le principal moteur de croissance de l’économie nationale au cours des 10 à 15 prochaines années. Les impacts escomptés concernent la croissance du PIB, la création d’emplois, le développement des exportations et la lutte contre la pauvreté. La deuxième idée veut que l’agriculture soit considérée comme un secteur destiné à tous, sans exclusion, mais avec des stratégies différenciées en fonction du tissu ciblé. Selon la troisième idée, le Maroc se doit de traiter la problématique de l’agriculture dans son ensemble, avec ses multiples difficultés : faiblesse du tissu des acteurs, autour des modèles d’agrégation innovations, adaptés à chaque filière. La quatrième idée concerne la problématique de l’investissement dans le secteur. C’est la raison pour laquelle la cinquième idée prône pour l’adoption d’une approche pragmatique et transactionnelle, avec la mise en place de 1000 à 1500 projets de développement structurants. Enfin, il s’agit de ne négliger aucune filière agricole.

Le plan de relance du secteur agricole a pour ambition d’insuffler une nouvelle dynamique d’investissement au niveau national, avec un montant de 10 milliards de DH annuellement. De même, il devra appuyer les efforts déployés dans le cadre de l’INDH, principalement dans le monde rural.

Déclinaison régionale

La signature du contrat-programme entre le gouvernement et la Fimasucre (Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre), au cours des Assises de l’agriculture, s’insère elle aussi dans le cadre de la mise en application du plan Maroc vert. Le plan régional de développement des cultures sucrières dans le périmètre de Doukkala est d’ailleurs une déclinaison de ce contrat-programme. En vertu de cette convention, la Cosumar s’engage à participer au financement des études et des programmes de recherche, à contractualiser la réalisation de la culture de betterave et à encadrer les producteurs. La mise en place de ce programme permettra de sécuriser l’approvisionnement de la Cosumar, en atteignant 1,5 million de tonnes à l’horizon 2013, via l’amélioration des rendements de 58 à 65t/ha.

Source : L’Economiste - Hassan El Arif

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Crédit agricole du Maroc - Agriculture - Budget - Cosumar

Ces articles devraient vous intéresser :

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du Haut-commissariat au Plan (HCP).

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.