Maroc : malgré une bonne santé, la filière "Viandes rouges", réclame un coup de pouce

18 octobre 2020 - 21h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

La filière des viandes rouges affiche une bonne santé au Maroc, selon l’Association nationale ovine et caprine (Anoc). C’est également le cas pour l’élevage, qui ne semble atteint par les impacts de la crise pandémique.

Le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Mohammed Sadiki, a présenté l’état des lieux en ce qui concerne la position enviée de l’élevage dans la production agricole. Le chiffre d’affaires annuel est estimé à 35,5 milliards de DH pour un cheptel total de plus de 31 millions de têtes. Les ovins regroupent deux tiers du total suivis des caprins, 6,1 millions, des bovins, 3,3 millions et de camelins, 183 000 têtes, indique l’Economiste.

Ces avancées relevées découlent du résultat des efforts pour l’amélioration des races ovines et caprines. Tous ces bons indices relèvent des résultats du contrat-programme entre la tutelle et la fédération interprofessionnelle des viandes rouges. Ainsi, on estime à un millier, le nombre d’éleveurs et de reproducteurs. Un taux qui se justifie par les subventions que l’État accorde au secteur. Depuis janvier 2019, les aides ont largement augmenté passant à 4 000 DH / tête pour les reproducteurs de bovins et entre 700 et 800 DH/ tête pour les ovins, 450 et 500 DH / tête pour les caprins et les camelins à 5 000 DH/ tête.

Dans le sillage de la consolidation des acquis du plan Maroc Vert, l’avenir de la filière est plus ou moins garanti notamment avec la mise en place de la nouvelle stratégie agricole «  Génération Green 2020-2030  ». Le président de l’Anoc, Abderrahmane Majdoubi s’est réjoui «  du niveau de partenariat qui lie la profession au ministère de l’Agriculture ainsi que l’appui apporté à la filière ovine et caprine, notamment en cette période de crise sanitaire  ».

Avec l’amélioration des structures encadrées par l’association pendant ces 10 dernières années, le nombre de groupements est passé de 58 en 2008 à 166 en 2019. Les adhérents sont passés de 4 714 en 2008 à 14 620 éleveurs en 2019. Un projet de création d’un centre de formation aux métiers de l’élevage sera lancé sous peu, pour faciliter l’insertion dans la nouvelle stratégie. Il s’agit d’un projet financé par le fonds «  Charafa  » de l’agence MCA-Maroc et le Millénium Challenge Corporation des États-Unis d’Amérique et qui sera géré par la profession et le ministère de l’Agriculture, fait savoir L’Économiste.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Mohamed Sadiki - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Près d’une tonne de viande avariée saisie à Tanger

980 kilogrammes de viandes impropres à la consommation, sortis des abattoirs clandestins ont été saisis lundi, par les éléments du service préfectoral de la police judiciaire...

De la viande avariée destinée aux Casablancais saisie

Les éléments de la Gendarmerie royale ont réussi à intercepter un camion transportant de grandes quantités de viandes avariées. La saisie a eu lieu lundi lors d’un contrôle à...

Les bovins du Royaume-Uni et leur viande indésirables au Maroc

La douane marocaine vient d’interdire, pour une période d’un an, l’importation des bovins et leur viande en provenance du Royaume-Uni et de l’Irlande du Nord.

Les Marocains en croisade contre l’augmentation des prix du poulet

L’augmentation du prix du kilogramme de poulet n’est pas du goût des Marocains qui ont lancé des appels au boycott sur les réseaux sociaux.

Ces articles devraient vous intéresser :

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Aïd Al Adha au Maroc : cheptel en baisse, prix en hausse

Alors que l’Aïd Al Adha approche, le ministère de l’Agriculture se prépare à faire face à une possible augmentation des prix des moutons au Maroc. L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à 5,6 millions de têtes, un chiffre...

Le Maroc prépare les aéroports de demain

Le Maroc prévoit de se doter d’un nouveau Schéma directeur aéroportuaire national à l’horizon 2045, le dernier élaboré en 2013 étant devenu obsolète.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Le Maroc en guerre contre la cochenille

Au Maroc, le ministère de l’Agriculture a mis en place des mesures pour limiter la propagation de la cochenille, un insecte ravageur des cultures de cactus.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.