Maroc : vers la flambée des prix des viandes rouges

8 mars 2021 - 16h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Tout comme les prix à la consommation de l’huile de table, ceux des viandes rouges vont connaître une hausse en raison de la flambée des prix internationaux des matières premières.

Depuis huit mois, les prix internationaux des matières premières flambent. D’après la Fenagri, le cours du blé a augmenté de 45 % depuis avril 2020, celui du maïs de 77 %, celui du sucre de 89 %, celui de l’huile de tournesol de plus de 90 % et celui du soja de plus de 80 %. En conséquence, les producteurs marocains de l’huile de table ont répercuté ces hausses sur le prix à la consommation, avec 2 dirhams de plus. « Le Maroc ne dispose pas d’une couverture totale des oléagineux. Mis à part la culture du tournesol, toutes les autres composantes de l’huile sont importées », explique à La Vie éco Omar Najid, directeur général de la Comader. Les prix de l’huile de table sont susceptibles d’augmenter une fois de plus dans les tout prochains jours parce que les réserves constituées de l’arrivage actuel et prochain sont réalisées au prix coûtant.

Les prix des viandes flambent

La flambée des prix des matières premières pourraient également induire l’augmentation des prix de la viande rouge, car « 87 % de l’alimentation et de l’engraissement animal sont composés de maïs, d’orge et de tourteau de soja, des produits totalement importés », explique Omar Najid. M’hamed Karimine, président de la Fédération des viandes rouges (FIVIAR) ne partage pas pleinement cet avis. Il parle du « stock disponible chez les provendiers qui peut couvrir jusqu’à 3 mois ». Aussi, évoque-t-il la concurrence à laquelle se livrent ces industriels pour préserver leur part de marché. « Ils préfèrent donc compresser leur marge commerciale en supportant le surcoût de production, plutôt que de perdre des points sur le marché », commente-t-il.

La filière des viandes de volaille est aussi touchée par la flambée des prix des matières premières, car l’alimentation de la volaille est tributaire des produits composés, pour la plupart, importés. « Pour l’instant, le prix d’alimentation de la volaille n’a augmenté que de 40 centimes au total, alors que le coût à l’international tourne autour de 1,2 dirham », fait savoir Omar Najid. « Le coût de revient est passé de 11 dirhams à près de 12,5 dirhams, alors que le prix de départ ferme est resté stable à environ 10 dirhams. Du coup, l’éleveur, qui était déjà dans une situation inconfortable, perd actuellement 2 dirhams au lieu de 1 dirham quelques mois auparavant », renchérit Youssef Alaoui, président de la FISA.

Sujets associés : Importations - Prix - Consommation

Aller plus loin

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal...

Hausse du prix de l’huile ? Lesieur Cristal s’explique

Lesieur Cristal est confrontée depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux, à une campagne de boycott, suite à la hausse des prix de son huile de table. Dans un communiqué...

Les Marocains appellent au boycott de l’huile de table

Au Maroc, à quelques semaines du mois de Ramadan, la hausse des prix des produits alimentaires de base semble se généraliser, au grand dam des populations. Le prix de l’huile de...

Hausse des prix des matières premières : belle opportunité pour les sociétés marocaines

Les sociétés marocaines de grandes capitalisations, telles que Cosumar et la Société Méttallurgique d’Imiter (SMI) vont tirer profit de la hausse actuelle des prix des matières...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici le profil des Marocains qui s’endettent le plus

Bank Al-Maghrib a analysé le profil des Marocains qui recourent le plus aux crédits à la consommation et à l’habitat, sur la base des critères de l’âge, du revenu, de la catégorie socio-professionnelle et du lieu de résidence.

Les Marocains du monde ont envoyé 93,7 MMDH en 2021

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au titre de 2021 ont connu une hausse de 37,5 % par rapport à 2020, d’après le rapport annuel sur la situation économique, monétaire et financière de Bank Al-Maghrib (BAM).

Aïd Al-Adha : le Maroc va importer un million de têtes de bétail

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le gouvernement s’active pour satisfaire les besoins de la population. En tout, un million de têtes sera bientôt importé.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Aïd Al Adha au Maroc : les éleveurs redoutent les importations de moutons

À moins de deux mois de l’Aïd Al Adha, de grosses incertitudes subsistent quant à la disponibilité et au prix du mouton, bête la plus prisée par les Marocains pour cette fête. Cette année, le Maroc veut importer des moutons, une décision qui ne plaît...

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.