Un Marocain n’aura pas la nationalité espagnole pour "mauvais comportement"

20 janvier 2021 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : P. A

Un Marocain ayant demandé la nationalité espagnole, a interjeté appel contre la décision de la Direction générale des registres et des notaires qui a refusé de lui accorder la citoyenneté en raison de ses antécédents, même si ces derniers n’ont pas abouti à des condamnations.

Le Marocain a fourni comme dossier pour la demande de nationalité espagnole, un permis de séjour de longue durée et un rapport sur la vie professionnelle avec 9 ans de travail continu en Espagne, ainsi que d’autres documents. Mais son dossier a été rejeté en raison de la note fournie par la Direction générale de la police qui a consigné les délits pour lesquels il avait été interpellé : son arrestation en décembre 1999 à Ceuta pour un crime contre les droits des travailleurs, son arrestation à Malaga pour vol d’un véhicule et une troisième interpellation en 2012 pour mauvais traitements réguliers dans la famille.

C’est donc au regard de ces antécédents qui ne dénotent pas d’un « bon comportement civique » que la demande de nationalité du Marocain a été rejetée. « L’évaluation du dossier nécessite l’observation du comportement du requérant au cours des années précédant la demande, mais aussi des actes actuels. Conformément à la réglementation en la matière, ces comportements antisociaux et répréhensibles, même lorsque les faits ne se sont pas produits ou donné lieu à des poursuites pénales, ne peuvent être ignorés », stipule l’arrêt.

Pour sa part, le requérant a insisté sur le fait que ces antécédents n’ont jamais débouché sur des poursuites pénales et des condamnations et a soutenu qu’il jouissait d’une « bonne réputation dans sa localité ». L’arrêt précise en revanche que le seul fait qu’il y ait eu intervention policière, révèle déjà l’existence d’une altération de la coexistence citoyenne.

« Le fait de résider et de travailler en Espagne ne suffit pas pour prouver un bon comportement civique… L’octroi de la nationalité espagnole par résidence est un acte de souveraineté de l’État. Selon l’article 21 du Code civil, la nationalité peut être refusée pour des raisons d’ordre public ou d’intérêt national », souligne l’instance judiciaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice

Aller plus loin

Des Marocains perdent la nationalité française

La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a, mardi, rejeté la requête de quatre Franco-Marocains et d’un Franco-Turc déchus de leur nationalité française. Ceux-ci avaient...

148 Marocains obtiennent la nationalité espagnole à Ceuta

165 étrangers résidents à Ceuta sont devenus des citoyens espagnols en 2019. Parmi eux, figurent 148 marocains, selon les données diffusées par l’Institut national des...

Des hommes d’affaires marocains pourraient perdre leur nationalité espagnole

Plusieurs hommes d’affaires espagnols d’origine marocaine pourraient perdre leur nationalité espagnole en raison de leurs liens présumés avec des réseaux de blanchiment d’argent...

Les Marocains, premiers bénéficiaires de la nationalité française

Les Marocains sont en tête des étrangers naturalisés français en 2018. C’est ce que révèle une étude réalisée par l’institut de statistique Eurostat.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.