Six Marocaines parmi les femmes d’exception en Afrique

24 novembre 2022 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le nouveau classement des 110 femmes d’exception en Afrique pour l’année 2022 a été publié lundi par le magazine « The New Africa ». Six Marocaines font partie de cette liste.

Au nombre des femmes marocaines identifiées par le magazine figure, Jamila Sedqi, première femme marocaine juge au Tribunal administratif de l’Union africaine (UA), Aicha Duihi, militante et présidente de l’Observatoire international pour la paix, la démocratie et les droits de l’Homme, basé à Genève, et de Nouzha Bouchareb, ancienne ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, présidente de ConnectinGroup Int’l.

À celles-ci s’ajoutent également, Karima Rhanem, présidente du Centre international de la diplomatie, Asmae Boureddaya, une jeune diplomate particulièrement engagée dans les affaires africaines, et Meryem Ouhssata, jeune leader de la diplomatie parlementaire panafricaine.

A lire : Quatre Marocaines parmi les plus puissantes femmes du monde arabe

Ces personnalités marocaines, selon The New Africa Magazine, ont fait preuve d’un courage et d’un leadership exceptionnels dans leur mission de protection de l’environnement et de défense des droits de l’homme et plaident pour changer les récits sur le continent par la politique, les arts et la culture, le développement et le partenariat économique, la société civile et la diplomatie.

La publication a également ajouté qu’« elles sont des exemples pour la jeune génération d’hommes et de femmes et méritent d’être reconnues et célébrées, notant qu’elle est heureuse de raconter leurs histoires, car elles peuvent inspirer notre monde à se montrer à la hauteur de leur courage. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Classement - Femme marocaine

Aller plus loin

La femme marocaine s’impose de plus en plus

Plus de la moitié des Marocains (65 %) considèrent que la femme peut occuper des postes à responsabilité. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par le Baromètre arabe.

Bruxelles : deux marocaines en finale d’un concours scientifique international

Deux jeunes Bruxelloises d’origine marocaine ont mis au point une application pour aider les étudiants à faire leur choix professionnel. Leur innovation a été retenue à la...

Quatre Marocaines parmi les plus puissantes femmes du monde arabe

Quatre Marocaines figurent dans le dernier classement des 50 femmes d’affaires les plus puissantes de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord du magazine économique Forbes Middle...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...