Marrakech : les petits taxis veulent augmenter leurs prix

12 janvier 2024 - 22h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La coordination des syndicats des petits taxis de Marrakech insiste sur la revalorisation du tarif du compteur. Sans manquer d’évoquer la pertinence de sa demande.

La coordination des syndicats des petits taxis de Marrakech s’est fendue d’un communiqué pour répondre à l’un des syndicats qui a jugé sa requête déraisonnable. Elle justifie sa demande par la hausse des prix de la vie courante, du diesel, du loyer, mais aussi par l’obligation pour les chauffeurs de petits taxis de la ville ocre de s’inscrire à la couverture santé à leurs frais. Faisant observer que leur demande est devenue obsolète depuis 2011, elle rappelle qu’en 2019, les autorités avaient signé un procès-verbal prévoyant une augmentation du tarif. Sauf que l’autorité n’a pas respecté cet accord. En conséquence : cette augmentation est dépassée par les circonstances. Face à la situation, la coordination demande l’application de la décision préfectorale dans sa totalité.

À lire : A l’aéroport de Marrakech, le taxi sera plus cher !

Aussi, a-t-elle demandé une révision du tarif pour les petits taxis travaillant devant les hôtels, à l’instar de ce qui a été réalisé à l’aéroport Marrakech-Menara. Autre sujet préoccupant : l’envahissement des grands taxis par des conducteurs, dont la plupart étaient auparavant des chauffeurs de petits taxis, opérant sans point de départ ni d’arrivée fixe et de manière aléatoire, afin d’attirer uniquement les touristes étrangers. La coordination demande aux autorités locales de résoudre ce problème, chaque catégorie étant appelée à rester dans son couloir.

À lire : Marrakech : le chauffeur de taxi arnaqueur d’un YouTuber condamné

La coordination a par ailleurs refusé de priver les chauffeurs du soutien financier de l’État pour compenser les coûts des carburants. Certains « exploitants avides » refusent ce soutien au motif que trois mois s’écoulent « sans que les chauffeurs n’aient déclaré ne pas l’avoir reçu, par crainte de perdre leur emploi en raison du surplus de main-d’œuvre sur un marché où l’offre dépasse la demande avec plus de 30 000 licences. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Transport en commun - Grands taxis Maroc

Aller plus loin

Agréments : les chauffeurs de taxi marocains se rebellent

Au Maroc, les professionnels du secteur des taxis sont en colère contre les détenteurs des agréments qui exigent une augmentation de la « prime » en échange de l’autorisation...

Marrakech retire le permis au chauffeur de taxi arnaqueur d’un YouTubeur

La sanction est tombée. Les autorités de Marrakech ont retiré le permis au chauffeur de petit taxi, accusé d’avoir escroqué un célèbre YouTubeur britannique.

Marrakech : colère contre les chauffeurs de taxi

De nombreux Marrakchis ont exprimé leur colère face au refus de certains conducteurs de petits taxis de les emmener jusqu’à leur destination, violant les réglementations en...

Marrakech : le chauffeur de taxi arnaqueur d’un YouTuber condamné

Le tribunal de Marrakech a condamné le chauffeur de petit taxi, accusé d’avoir escroqué un célèbre YouTuber britannique, à six mois de prison ferme, assorti d’une amende de 500...

Ces articles devraient vous intéresser :

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Maroc : Les VTC, un nouveau cauchemar pour les taxis ?

Les applications de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) comme InDrive ou Yassir gagnent en popularité au Maroc, mais leur statut juridique reste flou. Des voix s’élèvent au sein de l’opposition parlementaire et de la société civile pour réclamer...

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...

Maroc : 32 villes dotées de 3 500 bus flambant neufs

Le Maroc va mobiliser 10 milliards de dirhams pour l’acquisition d’une flotte de 3 500 bus de transport urbain au profit de 32 villes sur la période 2024-2029, a annoncé lundi Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur.

Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le...

Bus électriques : Pari raté du Maroc ?

Alors que la mise en place d’un écosystème de production locale de bus électriques présente de nombreux avantages dont profitent certains pays, le Maroc est encore à la traîne.

Du nouveau pour le TGV Agadir-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a confié au bureau d’études LPEE les travaux de reconnaissance géologique, hydrogéologique et géotechnique nécessaires aux études d’avant-projet sommaire (APS) de la liaison ferroviaire grande vitesse...