Melilla : Emin et Pisly, premières victimes des patrouilleurs marocains ?

30 août 2022 - 13h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les parents d’Emin et de Pisly, deux jeunes de Melilla qui auraient été tués par la Marine royale marocaine le 27 octobre 2013 alors qu’ils pêchaient dans les eaux marocaines (Punta Negri), ont manifesté vendredi, pour la énième fois devant l’Assemblée pour réclamer justice.

Le père de Pisly, Abdeslam Ahmed, a déclaré à l’occasion que les deux jeunes avaient été victimes des contrôles des patrouilleurs de la Marine royale marocaine dont se plaignent ces derniers temps les propriétaires de bateaux de plaisance de Melilla. Depuis huit ans qu’Emin et Pisly ont été tués par balle, la justice n’a toujours pas retrouvé les auteurs de ce crime, ni en Espagne ni au Maroc, dénoncent les parents des deux jeunes qui réclament justice et demandent au gouvernement espagnol de prendre ses responsabilités.

À lire : Le Maroc fait pression sur les bateaux de Melilla

Mais soulever cette question dans le contexte actuel pourrait porter atteinte à la bonne entente retrouvée entre l’Espagne et le Maroc, après plus d’un an de crise diplomatique, croit savoir El Faro de Melilla, précisant que les problèmes avec le Maroc n’ont pas commencé en 2018 avec la fermeture des douanes commerciales de Beni Ensar, mais plutôt en 2013 avec le meurtre d’Emin et Pisly qui reste non élucidé. La même source rappelle les autres mesures prises par le Maroc contre l’Espagne, notamment l’annulation de l’Opération Marhaba en 2020 et 2021, la fin de la contrebande, la fermeture des frontières et l’installation de fermes piscicoles dans les îles Chafarinas.

À lire : Mort d’Emin et Pisly : les parents veulent faire pression sur le Maroc

Survient en outre la tragédie du 24 juin où 23 migrants subsahariens sont morts parmi la centaine qui tentait d’entrer à Melilla. Et aujourd’hui, ce sont les propriétaires de bateaux de plaisance qui sont « harcelés » par les patrouilleurs marocains. C’est à croire que les relations avec le Maroc évoluent de problème en problème, note la même source, faisant observer que la décision de Pedro Sanchez d’accueillir Brahim Ghali en Espagne a été une « erreur » dont il a payé le prix fort en changeant la position de l’Espagne sur le Sahara, ouvrant par ailleurs une nouvelle crise avec l’Algérie.

Sujets associés : Melilla - Marine Royale Marocaine

Aller plus loin

Melilla : nouvelle manifestation des familles d’Emin et Pisly

Les familles d’Emin et de Pisly prévoient de manifester ce vendredi 27 août à Melilla pour réclamer justice. Comme tous les mois depuis la mort en 2013 des deux jeunes hommes,...

Mort d’Emin et Pisly : les parents veulent faire pression sur le Maroc

Les parents d’Emin et Pisly demandent au gouvernement de Pedro Sánchez de profiter de cette période de bonne entente pour « faire pression » sur le Maroc afin que justice soit...

Le Maroc fait pression sur les bateaux de Melilla

Le Maroc serait en train de faire pression sur les bateaux de plaisance de Melilla pour les contraindre à amarrer au port d’Atalayoun (Nador).

Lutte contre le crime : du matériel haut de gamme pour la Gendarmerie marocaine

La Gendarmerie royale a réceptionné quatre patrouilleurs haute performance 52 Fearless Super Interceptor, du constructeur naval américain Metal Shark. De quoi renforcer sa lutte...

Ces articles devraient vous intéresser :