Le Maroc accusé « d’ennuyer » Melilla

8 mai 2023 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le sénateur du Parti populaire (PP), Juan José Imbroda, candidat à la présidence de Melilla, a accusé le Maroc de « vouloir ennuyer les habitants de Melilla » en ne rouvrant pas les douanes commerciales et en ne respectant pas le régime des voyageurs. Pour faire face à ces problèmes, il demande à Melilla de « se tourner vers l’Europe ».

« Le Maroc n’est pas là pour nous applaudir ou nous faciliter la vie. Non, il nous la rend difficile et va continuer à nous la rendre difficile. Il veut nous ennuyer. Laissons (Melilla) tomber », a déclaré Imbroda devant une centaine de députés, lors d’une rencontre organisée dans la ville autonome avec le président national du PP, Alberto Núñez Feijóo. Pour contrer cette attitude du Maroc, le leader du PP de Melilla demande de « se tourner vers le Nord, vers l’Europe », rappelant qu’il avait déjà fait cette proposition en 2017, bien avant la fermeture des douanes commerciales par le Maroc.

À lire : Douane de Melilla : le Parti populaire demande à faire pression sur le Maroc

Pour Imbroda, « regarder vers le Nord, c’est aussi regarder l’Andalousie, une communauté avec laquelle mon gouvernement a signé un accord pour développer Melilla et qu’il a gardé dans un tiroir pendant quatre ans ». Le candidat à la présidence de Melilla, poste qu’il avait occupé de 2000 à 2019, a également exigé plus de présence de l’État à Melilla. « Que le deuxième drapeau de la Légion vienne. Pourquoi ne viendra-t-il pas ? Que l’ancien soit remplacé… », a-t-il lancé sous les applaudissements de l’assistance.

À lire : Le Parti populaire espagnol change de cap sur sa politique étrangère envers le Maroc

Dans le même ordre d’idées, Imbroda a demandé au roi Felipe VI d’effectuer une visite à Melilla. « Le roi Juan Carlos est déjà venu (en 2007) et le roi actuel doit également venir, mais nous devons lui faciliter la tâche en ayant une stabilité politique et sociale après les élections du 28 mai », a-t-il précisé, réitérant sa volonté de commanditer un audit de la gestion de l’Exécutif actuel de Melilla dirigé par Eduardo de Castro (Ciudadanos) qu’il soupçonne de corruption. « Melilla est une ville 100 % espagnole, qui appartient à l’Europe et a besoin du soutien européen », a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Melilla

Aller plus loin

Le PP dénonce l’installation des fermes piscicoles marocaines dans les eaux espagnoles

Le Parti populaire (PP) a déposé vendredi une plainte devant le procureur général de l’État pour dénoncer l’installation de fermes piscicoles par le Maroc dans les eaux...

Le Maroc « humilie » Melilla

À l’occasion de la Journée de Melilla célébrée le 18 septembre, le président de la ville, Juan José Imbroda, a dénoncé la fermeture unilatérale par le Maroc, depuis août 2018,...

Douane de Melilla : le Parti populaire demande à faire pression sur le Maroc

Le coordinateur général du Parti populaire (PP), Elías Bendodo, a demandé au président du gouvernement, Pedro Sanchez, de faire tout ce qui est possible avec le Maroc pour que...

Un parti espagnol dénonce l’indifférence du gouvernement face aux « attaques » marocaines

Le parti Compromís a dénoncé l’indifférence de l’Exécutif espagnol face à « l’occupation marocaine des îles Chafarines ». Son sénateur, Carles Mulet, avait interpelé le...

Ces articles devraient vous intéresser :