Melkisation des terres collectives : lancement d’un programme au profit des agriculteurs marocains

16 janvier 2021 - 15h45 - Maroc - Ecrit par : J.K

Un programme a été élaboré en vue de renforcer les capacités des agriculteurs et agricultrices des terres collectives dans les zones d’irrigation du Gharb et du Haouz, concernés par l’opération de melkisation. Le lancement a été fait le vendredi 08 janvier 2021, par l’Agence MCA-Morocco et l’Office National du Conseil Agricole (ONCA).

Ce programme de renforcement s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de soutien de l’opération de melkisation au titre du projet « Foncier rural », qui relève du programme de coopération « Compact II », subventionné par Millenium Challenge Corporation (MCC), et sa réalisation repose sur la mise en œuvre d’un plan d’action et son exécution, afin de garantir une meilleure valorisation agricole des terres collectives, de même que le développement inclusif de la population cible.

Ce programme s’inscrivant amplement dans la réalisation de la nouvelle stratégie nationale agricole « Generation Green 2020-2030 », et qui met l’homme au centre du maintien du secteur agricole, se structure autour de deux points : le premier concerne l’organisation de caravanes de sensibilisation « villages conseil » afin de sensibiliser les bénéficiaires sur les bonnes pratiques culturales et de protection de l’environnement, ainsi que les modalités de mise en place et de développement des Organisations professionnelles agricoles (OPA) et autres. Quant au deuxième point, il consiste à l’organisation de sessions de formation théorique et pratique au champ, le suivi des OPA existantes afin d’améliorer leur capacité.

Officiellement lancé le 26 juin 2019 à Rabat, l’opération de melkisation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, exhortant à faire des terres collectives, un instrument de développement économique et social en milieu rural et à l’activation de la melkisation à l’égard des ayants droit et à titre gracieux des terres collectives à l’intérieur des périmètres d’irrigation. D’un budget global de 33 millions de dollars, l’opération de melkisation vise principalement l’amélioration du niveau de vie de la population cible via l’amplification des investissements agricoles, la dynamisation du marché foncier, le soutien socio-économique des bénéficiaires, ainsi que la création d’emplois.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Environnement - Al Haouz - Formation

Aller plus loin

Le Maroc fournit 79% des pastèques que consomme l’Espagne

Le Maroc a exporté plus de 85 650 tonnes de pastèques vers l’Espagne pendant cette campagne agricole 2019-2020. Avec ce volume, le royaume occupe la 1ʳᵉ place parmi les cinq...

Rendement des haricots verts : le Maroc deuxième mondial

La production des haricots verts prend de l’espace au Maroc, avec cette année qui se solde en une large augmentation de la production. Le royaume occupe désormais le deuxième...

Le bio marocain très prisé au Canada

Comment aider les exportateurs à développer leurs activités post-Covid-19. La question était au menu du webinaire « Doing Business with Canada » tenu le 25 novembre 2020 et...

La tomate marocaine a toujours la cote en Europe

La tomate marocaine est très présente sur les marchés européens en dépit de la crise sanitaire liée au coronavirus. La campagne d’exportation a démarré sur les chapeaux de roues.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.

Maroc : voici les plages qu’il faut éviter cette année

Alors que les 24 plages propres (Pavillon bleu) au Maroc ont été révélées cette semaine, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable vient de publier la liste des plages où il n’est pas recommandé de se baigner cette année.

Le Maroc envahi par les chiens interdits

Alors que la loi relative à « la prévention et la protection des personnes contre les dangers des chiens », interdit la possession, la domestication, l’achat, la vente et l’élevage de chiens classés comme dangereux, nombreux sont les jeunes qui...

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...