Le melon charentais marocain ne plait pas aux producteurs français

30 août 2022 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : S.A

En France, des voix s’élèvent pour réclamer le changement de nom du melon charentais dont le vert est produit au Maroc et en Espagne, car il « désigne une variété, pas la provenance ».

Certains producteurs demandent la suppression de l’appellation melon “charentais” qualifiée d’abus de langage, hérité de l’époque royale. Sous Louis XIV, “la Charente va devenir terre de culture du melon. Reconnue alors comme étant l’une des régions de production les plus importantes”, explique à franceinfo l’association interprofessionnelle du melon (AIM), basée à Bordeaux. Le succès est tel que la Charente “va donner son nom au type de melon le plus consommé, le melon charentais”, a-t-elle ajouté. Sauf qu’aujourd’hui, “le melon charentais “vert” est essentiellement produit au Maroc et en Espagne”, révèle l’AIM. Quant au melon charentais « jaune », il est, lui, “majoritairement produit dans le Sud-Est et le Centre-Ouest de l’Hexagone”, précise l’association. D’où, la nécessité de supprimer cette appellation.

À lire : Le melon marocain plus cher que l’espagnol dans l’UE en 2020

Cette préoccupation est déjà portée à l’attention du ministère de l’Économie. “L’Europe s’est penchée dessus. L’appellation “charentais” va être interdite parce qu’elle désigne une variété, pas la provenance”, insiste Didier Dupuis, membre de l’Académie du melon. De nouvelles appellations ont été d’ores et déjà proposées. “On pourrait dire melon du Poitou”, propose Fabrice Berge, producteur de melons charentais à Vendeuvre, reconnaissant toutefois qu’il faut “encore réfléchir, puisqu’il y a déjà le melon du Haut-Poitou qui a toujours existé”. Seule la commission économique pour l’Europe (CEE-ONU) qui dirige l’UNECE, un groupe de travail des normes de qualités agricoles, est habilitée à changer ou non l’appellation melon “charentais”.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Espagne - Agriculture

Aller plus loin

Le Maroc, quatrième fournisseur en melons de l’UE

Le Maroc se positionne à la 4ᵉ place du classement des pays exportateurs de melons vers l’Union européenne en 2020. C’est ce qu’indiquent les données du service statistique...

Le melon marocain plus cher que l’espagnol dans l’UE en 2020

Le melon marocain a été vendu plus cher que l’espagnol sur le marché européen en 2020, selon les données de Faostat, l’agence statistique de l’Organisation des Nations Unies...

Les producteurs espagnols de melon et de pastèque dénoncent la concurrence marocaine

Les associations de producteurs de fruits et légumes d’Almería, Coexphal et Aproa, vont manifester ce vendredi pour protester contre la chute des prix du melon et de la pastèque...

Du melon biologique marocain rappelé en France pour cause de pesticides

Du melon biologique originaire du Maroc vient d’être rappelé par les pouvoirs publics français. Le melon contient un pesticide interdit.

Ces articles devraient vous intéresser :

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Couverture sociale : un prêt de 3,1 MMDH de la BAD au Maroc

Le Maroc et la banque africaine de développement (BAD) ont signé deux accords de prêt pour le financement d’un projet de céréaliculture et la généralisation de la couverture sociale, portant sur un montant de plus de 3,1 milliards de dirhams.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...