Mineurs isolés vivant de la délinquance : voici ce que proposent deux élus français

13 mars 2021 - 07h00 - France - Ecrit par : S.A

Deux élus français ont formulé des propositions sur la situation des mineurs isolés étrangers, dont de nombreux Marocains, qui survivent avec la délinquance à Paris, Montpellier, Toulouse, Nantes, Rennes, etc. C’est l’essentiel à retenir du rapport d’une mission parlementaire.

Les députés Jean-François Eliaou (LREM) et Antoine Savignat (LR) ont dirigé une mission parlementaire sur la situation des mineurs vivant de la délinquance à Paris, Montpellier, Toulouse, Nantes, Rennes, etc, et qui refusent tout soutien des services d’aide sociale à l’enfance. Ceux-ci représentent à peu près 10 % de l’ensemble des MNA (40 000) pris en charge par les départements, fin 2019, indique le rapport parlementaire.

Le travail des députés a consisté à déterminer si des réseaux exploitent les MNA et lesquels, rapporte Ouest France qui les a rencontrés. Une cinquantaine d’auditions d’experts ont été commanditées. Il ressort que ces adolescents sont exploités par des réseaux qui influencent leur vie. D’où, la difficulté de les mettre sous protection. Ils ont pour mission de commettre des vols en échange d’un hébergement, du financement de leur dépendance aux médicaments ou d’un remboursement d’une dette.

Au terme de la mission, les élus ont formulé 18 propositions dont la multiplication de brigades spécialisées à l’instar de celle créée à Bordeaux. Cette proposition se justifie par le caractère complexe et technique des enquêtes qui se mènent pour démanteler ces réseaux. En raison de la hausse de délinquance surtout à Paris, où le nombre de MNA déférés devant la justice a augmenté de 87 % entre 2018 et 2019, Jean-François Eliaou (LREM) et Antoine Savignat suggèrent l’accroissement des sanctions pour tous ceux qui refusent de donner leurs empreintes. Aussi, suggèrent-ils de juger les MNA qui n’ont ni identité certaine ni garantie de représentation, dès le déferrement en une seule audience.

La vie des MNA n’étant pas un long fleuve tranquille, les deux élus recommandent une aide pluridisciplinaire (médicale, juridique, éducative, sociale) dans des lieux qui leur sont consacrés. Ceci permettra de ne pas les mélanger avec les autres jeunes pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Aussi, suggèrent-ils de suivre l’exemple de la Belgique qui a créé un centre Esperanto qui accueille des jeunes victimes d’exploitation (sexuelle, économique ou domestique), où des éducateurs parlant plusieurs langues, une assistante sociale, une criminologue, une psychologue et une psychomotricienne les prennent en charge.

En France, la Protection judiciaire de la jeunesse s’active pour la création d’un centre d’hébergement expérimental de 12 places en faveur de mineurs et jeunes majeurs victimes de traite ou sous l’emprise de réseaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Paris - Toulouse - Nantes

Aller plus loin

Retour des mineurs isolés : des associations dénoncent l’accord franco-marocain

L’accord signé tout récemment entre la France et le Maroc pour simplifier le retour des mineurs isolés marocains dans leur pays d’origine est loin de satisfaire tout le monde....

Procès contre des exploitants des mineurs marocains à Bordeaux

Six individus (un receleur et ses complices) comparaissent ce mardi 9 février au tribunal correctionnel de Bordeaux. Ils sont accusés de livrer des médicaments et de l’argent à...

À Bordeaux, la délinquance des mineurs marocains semble reculer mais...

Frédérique Porterie, procureur de la République affirme que le premier bilan du Groupement local de traitement de la délinquance (GLTD) mis en place le 15 septembre 2020 au...

Des avocats saisissent la justice après un tract du RN contre les mineurs isolés

Une centaine d’avocats français ont saisi vendredi 4 juin les procureurs de Nanterre, Versailles et Créteil pour « incitation à la discrimination et à la haine », après un tract...

Ces articles devraient vous intéresser :

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...