France/Mineurs étrangers : la consule du Maroc dénonce la stigmatisation de son pays

23 octobre 2020 - 10h40 - France - Ecrit par : J.K

Les mineurs étrangers sont les plus suspectés dans l’ampleur de la délinquance à Rennes et ailleurs. Le Président français veut que le Premier ministre accélère le dossier de leur expulsion. La consule du Maroc y voit "une stigmatisation" du Maroc.

La délinquance dans le centre de Rennes a augmenté de 30% cet été, comparativement à la même période en 2019, a indiqué le procureur de la République. Les mineurs et majeurs isolés venus du Maghreb, seraient les principaux acteurs de ces vols et violences.

C’est dans ce cadre que le député Florian Bachelier (LRM) avait annoncé le 25 août dernier au Télégramme, que la France se préoccupe d’abord du problème fondamental. " Il y a des discussions entre le président Macron et le roi du Maroc pour qu’un centre d’hébergement, de formation et de soins soit créé directement dans le Royaume et cofinancé par la France, afin de les prendre en charge dans leur pays", a-t-il fait savoir.

"Mineurs non accompagnés ne veut pas automatiquement dire mineurs marocains. Il y a stigmatisation", réplique Najoua El Berrak, consule du Maroc à Rennes, dénonçant le fait que le Maroc soit constamment visé pour ce problème. « Dans mon consulat, j’ai 75 000 Marocains inscrits. Des scientifiques, des professeurs... C’est frustrant de voir que, malgré toute cette matière grise, on ne me parle que d’une dizaine de personnes qui posent problème", s’exaspère-t-elle.

Et le parlementaire de continuer : "l’idée n’est absolument pas de stigmatiser qui que soit. (…) Il y a des vies en jeu ! L’enjeu consiste à trouver des solutions pour qu’en 2020, des hommes ne trafiquent pas la vie d’autres hommes".

Il faut noter que, les deux pays avaient commencé des échanges sur le sujet de la construction d’un centre depuis 2018. Avec la pression du Président français au vu du contexte actuel, les discussions ont repris. Le nouveau garde à Sceaux, Eric Dupont-Moretti, ancien avocat de Mohammed VI, est la principale personne sur le dossier avec ses collègues de la Santé et de l’intérieur, a précisé le journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Terrorisme - Enfant - Jeunesse - Criminalité - Islamophobie - Plainte

Aller plus loin

Des Marocains manifestent à Paris pour exiger leur rapatriement

Les Marocains bloqués en France veulent rentrer au pays après plus de deux mois passés loin de leurs familles. Une soixantaine d’entre eux ont manifesté, ce jeudi, devant...

231 étrangers fichés pour radicalisation, dont des Marocains, seront expulsés de la France

Dans les jours à venir, 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste seront expulsés de France. Une décision de Gérald Darmanin,...

Unicef France appelle au respect des droits des mineurs non accompagnés marocains

Unicef France émet des réserves sur la coopération franco-marocaine pour le retour des mineurs non accompagnés et se dit « extrêmement préoccupée par les impacts de cette...

Mineur marocain en Espagne : "les gens me regardaient comme si j’étais un insecte"

Le témoignage d’un mineur marocain sur la chaîne de télévision publique espagnole, La 2, a ému la toile. Devant des milliers de téléspectateurs, le jeune Mohammed a relaté son...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...