Îles Canaries : la famille d’un Sahraoui accuse les Marocains d’avoir tué son fils

24 janvier 2022 - 19h00 - Monde - Ecrit par : P. A

La famille de Barrag, le jeune sahraoui dont le corps sans vie a été retrouvé sur la plage de Las Canteras (îles Canaries) en novembre dernier, est convaincue qu’il a été assassiné « par quelqu’un qu’il connaît, parce qu’il avait reçu des menaces ».

« Barrag avait dit qu’il avait reçu des menaces de certains Marocains avant de mourir », a confié à El Cierre Digital, Andala Deidhy, le président de la communauté sahraouie de Las Palmas de Gran Canaria, précisant que la mère du jeune homme est persuadée que son « fils a été tué ». Barrag, d’origine sahraouie, est arrivé par bateau aux îles Canaries en 2020 alors qu’il était mineur. Devenu majeur, il s’est retrouvé à la rue, « sans ressources et aucune prise en charge des institutions », recherchant la première occasion pour retourner à Dakhla.

Le jeune homme avait dénoncé les mauvais traitements et abus qu’il avait subis ainsi que les faits de corruption et la vente de drogue au centre de mineurs de Puerto Bello, géré par la Fondation Respuesta Social Siglo XXI. « Nous sommes tous attristés par la mort de Barrag. C’était un bon gars qui voulait aller de l’avant », a déclaré Deidhy. Barrag subissait des menaces de la part de Marocains dans ce centre, a affirmé le président de la communauté sahraouie qui précise qu’il a dû s’entretenir avec l’ancien directeur du centre, Fernando Perez Romero, sur la situation du jeune homme.

À lire : Îles Canaries : la police enquête sur la mort étrange d’un jeune marocain

L’enquête ouverte par le bureau du procureur confirme qu’« il y avait des conflits entre Marocains et Sahraouis dans le centre ». « Barrag avait également subi des pressions, des menaces et des agressions de la part de groupes de Marocains lorsqu’il vivait dans la rue, dans les quartiers de Las Palmas de Gran Canaria, dans la région du parc Santa Catalina et de San Telmo », soutient en outre Deidhy.

Selon la police nationale de Las Palmas de Gran Canaria, en charge de l’enquête sur la mort de Barrag, le jeune homme a eu une mort naturelle, d’autant que l’autopsie ne révèle pas « de signes de violence ». Les enquêteurs attendent toutefois le résultat de l’examen toxicologique effectué pour déterminer d’autres causes éventuelles du décès. Une analyse qui pourrait prendre des mois, assure-t-on de sources policières. Pour le moment, le tribunal de Las Palmas de Gran Canaria, a classé l’affaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Iles Canaries - Enfant - Homicide

Aller plus loin

Corée du Sud : un Marocain victime de mauvais traitements dans un centre de migrants

Un Marocain a bien été victime de traitements inhumains et dégradants dans un centre de détention pour migrants en Corée du Sud. Le ministère de la Justice du pays a confirmé ce...

Jugés conflictuels, des municipalités des Îles Canaries refusent d’accueillir des mineurs marocains

Les centres pour mineurs isolés dans les Îles Canaries sont débordés. Les autorités locales tirent la sonnette d’alarme et affirment qu’elles ne pourront plus les accueillir....

Îles Canaries : la police enquête sur la mort étrange d’un jeune marocain

Le corps sans vie d’un jeune Marocain a été retrouvé en novembre dernier dans la rue à Las Palmas de Gran Canaria. L’ancien mineur non accompagné avait dénoncé les mauvais...

Ceuta : des mineurs préfèrent vivre dans la rue que de retourner au Maroc

De nombreux mineurs marocains continuent d’errer dans les rues de Ceuta. Malgré les conditions de vie difficiles, ils ne sont pas intéressés par un retour au Maroc et sont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.