Najat Vallaud-Belkacem : « le risque de répétition des Printemps arabes est réel »

3 avril 2022 - 21h40 - Monde - Ecrit par : S.A

L’ancienne ministre française de l’Éducation, Najat Vallaud Belkacem, redoute une recrudescence des problématiques sociales au Maroc, mais aussi ailleurs au Maghreb, et dont l’origine serait la hausse des prix des denrées alimentaires provoquée par la guerre déclenchée en Ukraine par la Russie.

« Ne pas anticiper les conséquences de la guerre en Ukraine serait une erreur considérable, a déclaré Najat Vallaud Belkacem dans une interview accordée à Jeune Afrique. Le Maroc vient de traverser une période de sécheresse difficile. Si une hausse des prix des denrées alimentaires venait s’y ajouter, les prochains mois seraient difficiles. L’Égypte est dans un cas similaire, puisqu’elle dépend elle aussi des importations de blé ukrainien ». Elle a expliqué que la Russie et l’Ukraine font office de “greniers” à blé du monde et de l’Afrique en particulier. « Vingt-trois pays africains dépendent de ces deux pays pour plus de la moitié de leurs importations de blé. D’ailleurs, avant le début de la guerre, les prix avaient atteint leur plus haut niveau depuis les années 1970 », a-t-elle précisé, prévenant le Maghreb du danger qui le guette.

À lire : Situation sociale "potentiellement explosive" au Maroc

« Le Programme alimentaire mondial affirme que 15 millions de personnes supplémentaires vont souffrir de famine en raison de cette guerre. Il faut garder en tête que les Printemps arabes sont nés des émeutes liées à la crise de 2008. Le risque de répétition du scénario est réel, et c’est pourquoi il faut se préparer à une situation qui risque de nous échapper complètement », s’est-elle alarmée, appelant à réfléchir à un mécanisme agricole international pour rééquilibrer les prix des denrées alimentaires. « C’est une urgence que nous portons auprès des gouvernements », a ajouté l’ancienne ministre de François Hollande.

Sujets associés : Najat Vallaud-Belkacem

Aller plus loin

Maroc : les autorités interdisent des rassemblements commémorant le « 20 février »

Les autorités marocaines ont interdit samedi la tenue des sit-in dans différentes villes du royaume pour commémorer le « Printemps arabe » intervenu au Maroc le 20 février 2011....

Le Maroc, pays le plus stable du Maghreb

Le Maroc a réussi à échapper au chaos déclenché par le printemps arabe dans plusieurs autres pays de la région, grâce aux réformes politiques et sociales initiées par le roi...

Situation sociale "potentiellement explosive" au Maroc

Le professeur d’histoire du Maghreb contemporain à l’université Paris I- Sorbonne, Pierre Vermeren a opiné sur le manifeste "Cette ombre est là" contre la répression policière...

Ces articles devraient vous intéresser :