Crise ukrainienne : les étudiants arabes entre prudence et crainte

24 février 2022 - 05h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Les étudiants arabes en Ukraine, sont partagés entre prudence et crainte. Certains estiment que les déclarations du président russe Vladimir Poutine qui a reconnu lundi l’indépendance des entités sécessionnistes de Louhansk et de Donetsk constitue ni plus ni moins la menace d’une guerre contre le pays.

Lundi, le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des entités sécessionnistes de Louhansk et de Donetsk. Le lendemain, il a brandi à nouveau la menace d’une guerre contre l’Ukraine, annonçant au passage que les accords de Minsk qui établissent un cessez-le-feu dans l’Est de l’Ukraine n’existent plus. Des propos qui créent l’inquiétude dans un pays où, la plus grande proportion d’étudiants internationaux (22 %) vient d’Inde et du Maroc (10 %). Certains étudiants arabes minimisent la menace de guerre tandis que d’autres expriment des inquiétudes.

À lire : Les étudiants marocains en Ukraine craignent le pire

« Les gens n’ont pas commencé à stocker de la nourriture. Les résidents arabes et les Ukrainiens n’ont pas peur. Ils riraient si vous leur posiez des questions sur une éventuelle guerre », a déclaré à Al-Fanar Media Taif Al-Hadeethi, étudiant irakien en sixième année de médecine à l’Université d’État de Sumy, dans le Nord-Est de l’Ukraine. « Outre Louhansk et Donetsk, les deux régions revendiquées par la Russie, la vie est tout à fait normale », a-t-il ajouté, estimant que ce sont les médias internationaux qui versent dans l’exagération quant aux problèmes de sécurité de routine auxquels fait face l’Ukraine depuis 2014.

À lire : Le Maroc recommande à ses ressortissants de quitter l’Ukraine

« Je ne pense pas que des choses sérieuses se produiront. Mes parents me poussent à retourner en Jordanie, mais je n’ai pas peur », a déclaré Hamad Al-Khrisha, un étudiant jordanien en première année de médecine à l’Université nationale de médecine Pirogov Memorial, à Vinnytsya, dans le centre-ouest de l’Ukraine. Selon lui, il s’agit d’une simple guerre de propagande. Sauf que certains étudiants y voient plutôt la plausibilité d’une guerre et ont d’ailleurs quitté l’Ukraine. « Nos collègues indiens ont quitté le pays », a déclaré Taif Al-Hadeethi.

À lire : L’ambassadeur de Russie juge « incompréhensible » le départ des étudiants marocains de l’Ukraine

Pour Ghaith Ahmed Munaf, responsable de l’Organisation internationale pour la protection des droits humains, Ukraine-Irak (BFNGO), basée en Ukraine, la menace de guerre est bien réelle. « La cellule de surveillance de notre organisation a enregistré plus de 2 500 violations sur les trois fronts de la frontière nord-est avec la Russie, la frontière nord-ouest avec la Biélorussie et la frontière sud de la Crimée. La guerre semble inévitable », a-t-il déclaré.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Etudiants - Education - Ukraine

Aller plus loin

Les étudiants marocains en Ukraine craignent le pire

La crise ukrainienne provoque l’anxiété et de vives inquiétudes chez bon nombre d’étudiants marocains bloqués dans ce pays en proie à des tensions frontalières.

Ukraine : un numéro de téléphone d’urgence pour les Marocains

Pour faciliter la communication en cette période de tensions en Ukraine, l’ambassade du Maroc à Kiev a mis en place deux numéros verts gratuits à la disposition des Marocains,...

L’ambassadeur de Russie juge « incompréhensible » le départ des étudiants marocains de l’Ukraine

L’ambassadeur de Russie à Rabat, Valerian Shuvaev, a déclaré que son pays « n’avait pas l’intention d’attaquer l’Ukraine », qualifiant d’ « incompréhensible » le départ des...

Aéroport de Tanger : arrivée de la première vague d’étudiants en Ukraine

En raison des tensions en Ukraine, quelque 99 étudiants marocains ont été rapatriés au Maroc, mardi, via l’aéroport international de Tanger.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, les élèves fêtent la fin d’année scolaire en déchirant leurs cahiers

Au Maroc, des scènes des élèves déchirant leurs cahiers et livres pour annoncer la fin de l’année scolaire, se sont reproduites.

Écoles privées au Maroc : mauvaise nouvelle pour les parents

Mauvaise nouvelle pour des parents d’élèves au Maroc. Des écoles privées prévoient d’augmenter encore leurs frais de scolarité à la rentrée prochaine.

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

La chanteuse Mariem Hussein au cœur d’une nouvelle polémique

Des internautes marocains se sont indignés des propos de la chanteuse et actrice marocaine Mariem Hussein sur l’éducation sexuelle.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.