Le choc alimentaire mondial pourrait produire un impact négatif sur le Maroc

4 juin 2022 - 21h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Le choc alimentaire mondial risque de provoquer des troubles sociaux et de peser sur les notations souveraines au Maroc et dans d’autres pays africains, au Moyen-Orient et en Asie centrale. C’est ce que révèle un rapport de l’agence de notation Standard & Poor’s (S& P).

Standard & Poor’s a publié mercredi 1ᵉʳ juin un rapport pour le moins inquiétant intitulé « le choc alimentaire mondial durera des années, pas des mois » (The Global food shock will last years, not months ». « Les pays à revenu faible et moyen inférieur d’Asie centrale, du Moyen-Orient, d’Afrique et du Caucase seront particulièrement touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires et les pénuries d’approvisionnement, dans le sillage de la guerre entre la Russie et l’Ukraine », souligne le rapport, notant que la flambée des prix des denrées alimentaires pourrait peser sur la stabilité sociale d’un grand nombre de pays à travers le monde.

À lire : La BAD compte sur le Maroc pour éviter une crise alimentaire en Afrique

Partant du fait que bon nombre de ces pays ont une capacité limitée à remplacer les importations par des produits de substitution, Standard & Poor’s affirme que l’ajustement aux chocs de prix entraînerait une baisse des disponibilités alimentaires. Par conséquent, le risque de troubles sociaux augmenterait, prévient l’agence de notation. « Nous pensons que le choc de l’offre alimentaire aura des implications négatives pour les pays pauvres et émergents, affectant la croissance du PIB, les performances budgétaires et la stabilité sociale », a déclaré Samuel Tilleray, analyste de crédit chez S&P Global ratings.

À lire : Fitch confirme la notation "BB+" du Maroc avec des perspectives stables

Les États arabes tels que le Maroc, le Liban et l’Égypte sont « sensibles aux perturbations », en raison de leur forte dépendance à l’Ukraine pour leur approvisionnement en denrées alimentaires, indique le rapport. L’agence de notation révèle par ailleurs que le choc alimentaire mondial risque de peser sur les notations souveraines et les obligations d’État dans plusieurs pays. « Bien que nombre d’obligations d’État les plus exposées à ce risque aient déjà des notes de crédit très basses, les retombées économiques et politiques du choc alimentaire pourraient contribuer à la dégradation des notes », a affirmé Samuel Tilleray.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Standard & Poor’s - Alimentation - Afrique

Aller plus loin

Le Maroc menacé par une crise alimentaire en 2030

La production de céréales au Maroc devrait enregistrer une importante baisse d’ici 2030, en raison du réchauffement climatique qui affecterait la pluviométrie de plusieurs pays...

Le Maroc ne sera pas touché par une éventuelle crise alimentaire

La flambée du prix du baril de pétrole, la guerre en Ukraine, le changement climatique et l’importante sécheresse risquent de durer et de provoquer une crise alimentaire sans...

Le Maroc n’est pas menacé par la crise alimentaire malgré la guerre en Ukraine

Malgré la sévère sécheresse et les effets de l’invasion russe en Ukraine, le Maroc a pu sécuriser cette année ses besoins en blé. Avec le Nigeria, le royaume est l’un des rares...

Plus d’un tiers des Marocains souffrent d’insécurité alimentaire (Rapport)

Avant le manque d’argent, 36 % des Marocains souffrent de manque de nourriture et 62 % craignent d’en manquer, selon un rapport inquiétant publié récemment.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Intoxications alimentaires : le Maroc à l’épreuve de la restauration rapide

La députée Hanane Atarguine, du groupe parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM), a demandé au ministre de l’Intérieur de prendre des mesures pour renforcer les contrôles dans les restaurants et établissements de restauration rapide afin...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.