Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

8 décembre 2023 - 16h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Le prix d’un kilo de poulet varie entre 20 et 22 dirhams. S’agissant du prix des œufs, il a explosé ces derniers jours. Un œuf coûte plus de 1,50 dirham. Dans une interview à Hespress, Dr Bouazza Kherrati, président de la Fédération marocaine des droits du consommateur justifie la flambée des prix de la volaille et de ses dérivés. « Étant donné que les prix des viandes rouges sont trop chers et ceux des poissons aussi, les gens se rabattent sur la volaille. Dans ce contexte, bien sûr, la demande augmente et par conséquent les prix s’envolent », explique-t-il, déplorant le fait qu’il n’y ait plus d’équilibre entre les viandes rouges, les poissons et la viande blanche. Actuellement, un kilo de viande rouge coûte pas moins de 100 DH. Les prix des poissons connaissent aussi une forte augmentation.

À lire : Flambée du prix du poulet au Maroc après l’allègement des mesures Covid

L’autre cause à l’origine de cette flambée des prix de la volaille et de ses dérivés est l’augmentation du prix de la nourriture pour bétail. Tous les prix ont flambé à l’échelle internationale avant de chuter dernièrement. Mais la chute des prix n’a pas provoqué au Maroc la baisse des prix de la volaille. « Au Maroc ce n’est pas le cas, les prix n’ont pas chuté, c’est la même chose que pour le carburant et l’on se pose la question, pourquoi ça augmente automatiquement ? Malheureusement, même si les prix chutent à l’international, cela ne se répercute, pas sur le marché national et c’est la même chose pour bons nombres d’autres produits, alimentaires ou autres », assure Dr Bouazza Kherrati.

À lire : Maroc : les raisons de la flambée du prix des volailles

Autre cause ? « Par ailleurs, selon certains professionnels, il se dit également que, ceux qui dirigent ce secteur ont convenu avec ceux gérant les couvoirs de ne pas inonder le marché par une production excessive de poussins. Ce qui par conséquent contribue à cette cherté de la viande blanche », explique encore le président de la Fédération marocaine des droits du consommateur, ajoutant que la volaille dépend, à 99 % du marché extérieur. « Chacun défend ses libertés. Les producteurs de volaille ne veulent pas passer par les abattoirs, ce qui fait que 90 % de la production des volailles sont vendues de manière informelle. Dans tous les pays quels qu’ils soient, il y a un contrat entre les producteurs et les abattoirs. Ce sont ces derniers, qui de leur planning, font la commande et les éleveurs, produisent et fournissent en fonction du prix », poursuit le militant des droits des consommateurs, faisant remarquer que ce système n’existe pas au Maroc.

À lire : Fêtes de fin d’année : flambée du prix des viandes de volaille au Maroc

Au Maroc, la filière avicole représente l’un des secteurs les plus dynamiques de l’agriculture. Elle génère un chiffre d’affaires de 36,9 milliards de dollars et crée 142 000 emplois directs, ainsi que 328 000 emplois indirects en 2022. Dr Bouazza Kherrati appelle les autorités à encadrer le secteur notamment en matière de concurrentialité, pour voir les effets horizontaux ou verticaux entre les professionnels.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Consommation - Alimentation - Inflation

Aller plus loin

L’oeuf deviendrait-il un luxe au Maroc ?

Depuis quelques mois, l’œuf connaît une forte augmentation de prix au Maroc. Les consommateurs redoutent que le prix atteigne des sommets à l’approche du ramadan, période au...

Prix du poulet : les Marocains en colère

Les prix de la volaille au Maroc connaissent depuis quelques mois une hausse significative, provoquant le mécontentement des Marocains, notamment les couches les plus fragiles.

Flambée du prix du poulet au Maroc après l’allègement des mesures Covid

Sur les marchés du royaume, le prix des volailles a soudainement augmenté de 2 à 3 dirhams le kilo. L’autorisation des fêtes de mariage suite à l’allègement des mesures...

Fêtes de fin d’année : flambée du prix des viandes de volaille au Maroc

Les prix de viandes de volaille ont connu une forte hausse dans les supermarchés de Casablanca, à quelques jours des fêtes de fin d’année.

Ces articles devraient vous intéresser :

Très cher Aid al adha pour les Marocains

L’augmentation continue du prix de la viande au Maroc affecte le coût du sacrifice de l’Aïd Al-Adha pour de nombreux ménages marocains.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Location au Maroc : une hausse générale des prix

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : hausse vertigineuse des faillites d’entreprises

Une « hausse vertigineuse » du nombre de défaillances d’entreprises devrait toucher le Maroc, selon Allianz Trade, leader mondial de l’assurance-crédit.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.