Les Marocains en croisade contre l’augmentation des prix du poulet

23 septembre 2020 - 10h30 - Economie - Ecrit par : S.A

L’augmentation du prix du kilogramme de poulet n’est pas du goût des Marocains qui ont lancé des appels au boycott sur les réseaux sociaux.

Depuis quelques jours, le kilogramme du poulet vivant coûte 20 dirhams au lieu de 10 dans plusieurs marchés et dans différentes villes du royaume, ce qui représente le double du prix habituel, fait savoir Al Massae. L’augmentation du prix de cette viande prisée au Maroc a provoqué le mécontentement de bon nombre de consommateurs. Ceux-ci ont d’ailleurs lancé des appels au boycott sur les réseaux sociaux.

Face à cette situation, l’association marocaine des éleveurs de volaille tente d’apporter des éclairages. Selon elle, la flambée du prix du kg du poulet vivant s’explique par la cessation d’activité de nombreux petits et moyens éleveurs de volaille à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus.

L’association déplore le manque de soutien des autorités de tutelle au secteur avicole. À l’en croire, les "employés les plus vulnérables, mais qui constituent en même temps la colonne vertébrale du secteur" n’ont bénéficié d’aucune aide. Aussi, dénonce-t-elle les velléités de certains lobbys à imposer un quasi-monopole, des prix pour réaliser d’énormes profits au grand dam des petits opérateurs du secteur.

Pour que les prix soient revus à la baisse, l’association appelle l’autorité de tutelle à soutenir les petits éleveurs de volaille.

Sujets associés : Consommation - Alimentation

Aller plus loin

Maroc : les raisons de la hausse du prix du poulet

Depuis quelques semaines, les Marocains se plaignent de la montée sans cesse du prix du poulet. Pour manger du poulet, il faudrait actuellement débourser entre 16 et 18 dirhams...

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Les Marocains boudent les oeufs et le poulet

Le secteur avicole est aux abois à cause de la crise engendrée par le coronavirus. L’Association nationale des producteurs d’œufs de consommation (ANPO) annonce des pertes...

Maroc : le prix de la viande blanche s’envole à cause du coronavirus

Depuis quelques jours et dans certaines régions du Royaume, il faut débourser jusqu’à 20 dirhams pour prendre un kilogramme de poulet. Une hausse que le président de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Les prix de l’huile de table commence à baisser au Maroc

Le groupe Lesieur Cristal a annoncé une baisse de 15 % des prix de ses produits d’huile de table à base de tournesol, aussi bien pour les consommateurs que pour les industriels.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Maroc : les raisons de la flambée du prix des volailles

La flambée des prix des volailles au Maroc serait due à la chaleur, la saison estivale et la multiplication des intermédiaires. C’est du moins l’explication qu’avance la fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa).

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Maroc : l’inflation atteint des records (+7,8%)

Après 6,3 % au deuxième trimestre, l’inflation s’est accélérée au Maroc, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP) qui table sur 7,8 % au troisième trimestre 2022.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

De plus en plus de Marocains souffrent d’obésité

L’obésité est un problème de santé pour bon nombre de Marocains. Selon les statistiques, 25 % des personnes âgées de 45 à 59 ans souffrent d’obésité et 14 % des enfants sont en surpoids.