Nice : en service dans une église, un ancien musulman reconverti catholique sous la menace d’un licenciement

9 janvier 2023 - 21h20 - France - Ecrit par : S.A

En service à l’église du Vœu situé au bord de la Promenade du Paillon à Nice, Christophe, ancien musulman reconverti catholique d’origine marocaine, dit être menacé d’un licenciement parce qu’il a refusé de faire la volonté du père Frédéric Sangès, celle de chasser les pauvres devant le lieu de culte. Le curé de la paroisse assure n’avoir à aucun moment dit qu’il allait le mettre à la porte.

« Le curé veut me mettre dehors », lance Christophe, 63 ans. « Dehors, dehors ? », répète en écho Flora, l’une de ses protégés. « Il m’a demandé : ‘Chasse les pauvres qui sont devant l’église’, j’ai dit : ‘Non, je n’ai pas le droit, je dois les aider’, poursuit l’ancien musulman reconverti catholique en 2013. Depuis, il est au service de l’église du Vœu et a décroché un CDI en 2020, fait savoir Nice-matin. Pour lui, la convocation signée de la main du père Frédéric Sangès est un entretien préalable à un licenciement, prévu le 10 janvier. « Mais moi, je n’ai rien fait de mal, je suis honnête… C’est comme si j’étais un voleur, comme si on me mettait un couteau dans le cœur », se défend Christophe dans un sabir [langue mêlée d’arabe, de français, d’espagnol et d’italien, parlée dans le bassin méditerranéen] mâtiné d’accent marocain.

À lire : article 96445

Le sexagénaire reçoit le soutien de bon nombre de fidèles et de ses protégés. « C’est quelqu’un qui s’implique et qui tient bien la barre : il n’y a pas de débordements, les SDF ne sont pas là la journée. Si c’est ça, le motif de sa convocation, c’est incompréhensible et décalé », s’indigne Sophie, architecte, qui participe à la distribution des petits-déjeuners chaque jeudi. « Qu’est-ce qu’être chrétien aujourd’hui ? J’ai dû rater quelque chose », s’étonne Maria, qui était au repas des démunis le soir du réveillon du 31, est “bouleversée”.«  C’est vrai qu’un entretien préalable au licenciement ce n’est pas habituel dans l’Église, mais il doit y avoir d’autres raisons, je ne peux pas croire que ce soit cela », tempère un fidèle.

À lire : Pays-Bas : le licenciement de Fatima Aboulouafa de la police est justifié, selon la justice

Interrogé, le père Frédéric Sangès assure n’avoir décidé de licencier Christophe. « À aucun moment, j’ai dit que j’allais le mettre à la porte, ni lui, ni Flora, ni quiconque. Je n’ai rien contre les pauvres et les migrants. Christophe est convoqué pour que je l’écoute, que j’éclaircisse certains points avec lui et qu’on trouve des solutions. Ne croyez pas que cela ne me fait pas quelque chose, mais on a dû en arriver là. Quand on lui dit les choses, il n’entend pas. On est religieux, certes, mais je dirige la paroisse et il faut que j’exerce une certaine autorité. On est dans un État de droit et il faut rester dans l’État de droit. »

À lire : Vague de licenciements à la mairie de Casablanca

« Il faut faire une distinction entre le bénévolat et le travail. En tant que curé de la paroisse, j’ai toujours toléré le bénévolat de Christophe, c’est dans sa nature et c’est très bien, même si ce n’est pas professionnel, qu’il est un peu seul et que les paroissiens n’ont pas les aptitudes pour faire cela », dit-il, expliquant que le sexagénaire marocain n’est pas sacristain comme le disent certains, mais factotum [personne qui s’occupe un peu de tout et en particulier des travaux mineurs ; véritable homme à tout faire, NDLR]. Il « est convoqué pour des raisons professionnelles et des faits graves ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Nice - Conversion à l’Islam - MRE

Aller plus loin

Licencié, Abdeslam Ouaddou réclame près de 10 millions DH au MC Oujda

L’ancien international marocain, Abdeslam Ouaddou, réclame à titre de dommages-intérêts, près de 10 millions de dirhams à la CNRL et à la FRMF, après avoir été licencié en...

Vague de licenciements à la mairie de Casablanca

La mise en application du projet de refonte de l’organisation de la mairie a provoqué une vague de licenciements à Casablanca, dont de nombreux responsables.

Belgique : un professeur de religion islamique réhabilité après cinq ans de licenciement

Licencié sans préavis pour faute grave en 2017, le professeur de religion islamique, Hicham Abdel Gawadle peut à nouveau exercer son métier. Le conseil d’État vient d’annuler la...

Nice : quand une prétendue prière musulmane se révèle être un jeu d’enfants

Alors que de nombreux hommes politiques se sont offusqués de prétendues prières musulmanes au sein d’écoles à Nice, la grand-mère d’un des élèves affirme que ce n’était en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Douane : que se passe-t-il si le MRE ne peut exporter sa voiture ?

Il peut arriver, dans certains cas d’un ennui de santé ou d’une urgence quelconque, que le Marocain résidant à l’extérieur (MRE) ne puisse pas, par lui-même, réexporter son véhicule, c’est à dire le reconduire hors du Maroc. La douane marocaine a prévu...

Ramadan : Un mois de spiritualité… et de bagarres ?

Le Ramadan, mois sacré pour les musulmans, est synonyme de spiritualité et de partage. Mais au Maroc, il prend également une tournure plus sombre avec l’apparition d’un phénomène bien connu : la “Tramdena”. Ce terme désigne l’irritabilité et...

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Importation de devises par les Marocains résidant à l’étranger : Ce qu’il faut savoir

Pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’importation de devises au Maroc nécessite certaines formalités essentielles qu’il faut absolument connaître. Que vous rentriez avec des devises sous forme de billets de banque ou d’instruments...