Omar, gravement malade, bloqué avec sa mère dans un centre aux Îles Canaries

18 avril 2021 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : P. A

Omar, 13 ans, est un Marocain qui souffre de paralysie cérébrale et d’épilepsie. Depuis cinq mois, il vit des conditions difficiles avec sa mère, Mbarka, qui l’a emmené à Lanzarote aux Îles Canaries pour suivre des soins. Les deux sont bloqués dans un centre de Santa Cruz de Tenerife géré par la Croix-Rouge.

Omar est arrivé 24 novembre à Órzola, en compagnie de sa mère, Mbarka, en provenance de Sidi Ifni. À sa descente, le jeune Marocain qui faisait une crise d’angoisse, a été conduit à l’hôpital où il a passé la nuit, avant de se retrouver avec sa mère, à passer quatre mois dans un complexe touristique aménagé en espace d’accueil, puis un mois dans une station balnéaire de Santa Cruz de Tenerife transformée en un centre de prise en charge des personnes vulnérables par la Croix-Rouge. Sa mère, Mbarka, se bat pour obtenir l’autorisation de voyager de Lanzarote à Ténérife avec son fils.

Depuis son arrivée aux Îles Canaries, Omar a déjà fait sept crises d’épilepsie. Les rapports médicaux indiquent qu’il est né avec une paralysie cérébrale et qu’il développe un syndrome épileptique. Sa mère lui a fait suivre plusieurs traitements dans différentes régions du Maroc, sans succès. Mais ce dont elle est sûre, c’est que son fils, en plus des médicaments, a besoin de stabilité pour guérir. « Omar a besoin de stabilité, et ici, il n’en a pas. C’est comme une prison  », déclare-t-elle.

« Je ne suis pas venue ici pour être enfermée, mais pour travailler et aider mon fils et ma mère à sortir de la misère.  », précise Mbarka, soulignant qu’au Maroc, elle dépensait 5 000 à 7 000 dirhams pour chaque visite chez le médecin. La mère d’Omar dénonce aussi les mauvaises conditions dans lesquelles elle et son fils vivent depuis un mois, déplorant la mauvaise qualité de la nourriture servie en petite quantité. Mais elle rassure que la Croix-Rouge leur fournit tous les médicaments dont ils ont besoin.

De l’avis des spécialistes consultés, « les enfants comme Omar doivent être traités grâce à la physiothérapie. Ils en ont besoin toute leur vie ». Selon l’ergothérapeute Ianire Vidorreta Camacho, le mineur présente non seulement des difficultés physiques mais aussi cognitives. « D’une part, il faudrait qu’on lui explique où il est, pourquoi il est là et combien de temps il va rester sur place. De l’autre, il devrait avoir des outils pour lui permettre de communiquer et d’exprimer ses sentiments », explique le spécialiste qui souligne que « la stabilité est essentielle, avec un contrôle médical adapté ».

Mbarka ne désespère pas. Elle compte se battre de toutes ses forces pour sortir son fils de ce centre et lui faire prodiguer des soins adéquats.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Iles Canaries - MRE

Aller plus loin

Tétouan : une aide humanitaire pour sauver le jeune Bilal

La famille du jeune Bilal, qui souffre d’une maladie aux pieds et aux mains et qui l’empêche de se déplacer, a cherché en vain de le faire soigner à Ceuta, avant la fermeture de...

Sebta : des "couloirs humanitaires" pour faciliter le retour des Marocains bloqués

Les autorités de l’enclave espagnole Sebta, envisagent d’ouvrir des "couloirs humanitaires" avec le Maroc, afin de faciliter le retour au pays des Marocains bloqués dans la ville.

Bruxelles : Hassnae, renvoyée d’un hôpital avec un bébé malade

Scène insoutenable à la Clinique Saint-Jean à Bruxelles. Hassnae a été renvoyée de la clinique avec son bébé de quatre mois qui avait 40 ºC de fièvre.

Une MRE d’Italie au chevet de son fils, migrant aux îles Canaries

Fatima, une Marocaine résidant en Italie, s’est portée au chevet de son fils qui a failli perdre la vie en mer après avoir embarqué sur un bateau en direction de Gran Canaria.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Marchandises et cadeaux : que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a démenti les rumeurs selon lesquelles une nouvelle taxation serait appliquée aux cadeaux importés par les voyageurs marocains ou étrangers.

Africa Morocco Link (AML) s’offre un nouveau bateau

L’Africa Morocco Link (AML) aurait acquis pour 2,4 millions d’euros le navire marocain « Boraq » appartenant au groupe maritime grec Attica Group, lors de la vente aux enchères qui s’est déroulée le 27 juin au siège de l’Autorité portuaire de la baie...

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Transferts des MRE : les assurances d’Abdellatif Jouahri concernant une directive européenne

Les autorités marocaines vont engager des négociations avec la Commission européenne au sujet d’une directive européenne visant à restreindre les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a récemment annoncé Abdellatif Jouahri, le...

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

La force économique des MRE se reflète à la Bourse de Casablanca

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) et les investisseurs étrangers détiennent à, eux seuls, plus du quart de la capitalisation boursière de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC).

Espagne : des policiers sauvent un jeune Marocain de 23 ans de sa tentative de suicide

Trois policiers ont évité une tragédie à Lugo, dans le nord-ouest de l’Espagne. Grâce à leur intervention rapide, ils ont sauvé un jeune homme de 23 ans d’origine marocaine qui menaçait de sauter d’un immeuble en construction. Plusieurs riverains...

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...