L’insalubrité dans les centres d’accueil affecte la santé des migrants

16 juin 2021 - 08h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le mauvais accueil et l’insalubrité des centres de migrants exposent ces derniers à des maladies diverses et à des problèmes psychologiques. C’est ce que révèle un rapport publié mardi par Médecins du monde.

Youssef, un jeune marocain, dépassé par la surpopulation, l’insalubrité et les mauvaises conditions dans les centres de migrants qu’il a parcourus depuis son arrivée aux Îles Canaries, a préféré vivre dans la rue. « J’ai reçu un pantalon et un slip des semaines après mon arrivée. Un jour de pluies, les eaux fécales sont entrées dans la tente ; c’est alors que je suis allé vivre dans la rue, car je pensais que la situation ne pouvait pas être pire », raconte-t-il à El Periodico.

Comme lui, de nombreux autres migrants qui ont récemment rejoint les Îles Canaries ou les enclaves espagnoles, vivent dans des conditions précaires et s’exposent à diverses maladies, fait savoir un rapport de Médecins du monde publié mardi. Ces migrants souffrent dans la plupart des cas de crise d’anxiété, d’insomnie, de maux de tête et de dos, de constipation, de vomissements, de diarrhée, d’épidémies de gale et de champignons, révèle le document qui indique que la défaillance du système d’accueil « sans protocole adéquat », ajoutée à l’augmentation des arrivées de migrants en 2020 du fait de la crise sanitaire, ont entraîné une surpopulation des centres « qui ne remplissent pas les conditions minimales pour un séjour digne ».

À lire : Espagne : pas de condamnation d’un centre de migrants après la mort de Marouane

Selon le rapport, un centre de migrants d’une capacité d’accueil de 780 places, hébergeait jusqu’à 1 700 personnes en 2020, au temps fort de la crise sanitaire. Au cours de cette période, on a enregistré l’arrivée de quelque 23 000 migrants aux Îles Canaries, soit 75 % de plus que l’année précédente et de 2 000 migrants à Melilla. Sans eau potable, sans toilettes et douches et soumis à une mauvaise alimentation, les migrants ont toutes les conditions réunies pour tomber malades. « C’est difficile de faire pire. On les rend malades et on ne les guérit pas », déplore Nieves Turienzo, président du groupe.

« Lorsqu’une personne souffre après un voyage très difficile, vous devez vous occuper d’elle et vous devez le faire avec humanité et dignité. Pourtant, les conditions d’accueil n’ont pas servi à réparer une souffrance, mais à la créer », renchérit Inmaculada González, responsable des migrations pour l’ONG à Cararias. Pour Youssef, le séjour dans ces centres rend malade plus « psychologiquement » que physiquement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla - Santé - Iles Canaries

Aller plus loin

Îles Canaries : un Marocain décède à la prison de Las Palmas

Un Marocain de 21 ans, en détention provisoire dans une cellule individuelle à la prison de Las Palmas, est décédé dans des circonstances encore floues. Une enquête a été...

Des Marocains exigent de meilleures conditions d’accueil à Ceuta

Près de 200 migrants marocains parmi ceux arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, ont manifesté samedi devant la délégation gouvernementale de la ville pour exiger de...

Des milliers de Marocains continuent d’errer dans les rues de Ceuta

Quelque 5 000 migrants, en grande majorité ceux arrivés en masse les 17 et 18 mai, continuent d’errer dans les rues de Ceuta. Les frontières avec le Maroc restent également...

Omar, gravement malade, bloqué avec sa mère dans un centre aux Îles Canaries

Omar, 13 ans, est un Marocain qui souffre de paralysie cérébrale et d’épilepsie. Depuis cinq mois, il vit des conditions difficiles avec sa mère, Mbarka, qui l’a emmené à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.