Des Marocains exigent de meilleures conditions d’accueil à Ceuta

19 juillet 2021 - 17h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Près de 200 migrants marocains parmi ceux arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, ont manifesté samedi devant la délégation gouvernementale de la ville pour exiger de meilleures conditions d’accueil.

Faisant partie des près de 3 000 migrants qui continuent d’errer dans les rues de Ceuta, ces manifestants, soutenus par les ONG No Name Kitchen, Maakum et Elin, ont exigé des conditions d’accueil dignes, informe OK Diairio. La manifestation s’est déroulée sans heurts et dans le respect des mesures sanitaires édictées pour limiter la propagation du coronavirus, notamment le port de masques et la distanciation sociale.

À lire : L’insalubrité dans les centres d’accueil affecte la santé des migrants

Les Marocains ont aussi demandé à être pris en compte dans le programme humanitaire du secrétaire d’État aux migrations. Ils estiment être victimes des tensions politiques entre l’Espagne et le Maroc. « L’Espagne est responsable de la situation d’impuissance dans laquelle nous nous trouvons », ont-ils dénoncé.

À lire : Des migrants mineurs errent dans les rues de Ceuta (vidéo)

Le porte-parole des manifestants, Reda, 20 ans, a exigé pour sa part, l’arrêt des violences policières et les retours de migrants au Maroc « effectués en violation des procédures légales ». « Beaucoup d’entre nous continuent d’être victimes de retours forcés et sans garanties juridiques. Des jeunes sont arrêtés dans la rue, parfois des mineurs, et sont emmenés à la frontière dans des fourgons pour être expulsés d’Espagne. Nous vivons dans un état d’alerte constant de tension », a-t-il déploré.

À lire : Le juge alerte sur la situation dégradante des migrants mineurs à Ceuta

« Nous voulons avoir le droit de travailler et de faire valoir nos compétences. Nous voulons que les droits des migrants soient reconnus », a plaidé le porte-parole. Et d’ajouter : « S’ils nous font retourner dans notre pays, beaucoup d’entre nous seront tentés de se suicider, moi y compris ».

Sujets associés : Immigration clandestine - Manifestation - Droits et Justice - Ceuta (Sebta)

Aller plus loin

Un Marocain maltraité dans un centre pour migrant en Corée du Sud

L’affaire fait grand bruit et suscite beaucoup d’émoi dans le rang des défenseurs des droits des migrants en Corée du Sud. Celle d’un Marocain maltraité et subissant des...

L’insalubrité dans les centres d’accueil affecte la santé des migrants

Le mauvais accueil et l’insalubrité des centres de migrants exposent ces derniers à des maladies diverses et à des problèmes psychologiques. C’est ce que révèle un rapport...

Des migrants mineurs errent dans les rues de Ceuta (vidéo)

Des dizaines de migrants mineurs marocains errent dans les rues de la ville de Ceuta, en attendant de traverser le détroit pour rejoindre l’Espagne. Déjà 6 500 mineurs sur les...

Le juge alerte sur la situation dégradante des migrants mineurs à Ceuta

Le nouveau juge des mineurs, Eduardo Esteban, a dénoncé les mauvaises conditions des migrants mineurs arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai. Une situation qui certes « a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.