Le juge alerte sur la situation dégradante des migrants mineurs à Ceuta

14 juin 2021 - 13h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le nouveau juge des mineurs, Eduardo Esteban, a dénoncé les mauvaises conditions des migrants mineurs arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai. Une situation qui certes « a toujours existé », mais qui devient de plus en plus préoccupante.

La situation des plus de 1 000 migrants mineurs pris en charge à Ceuta depuis leur arrivée en mai, inquiète le nouveau juge des mineurs. « Les mineurs sont pris en charge, non pas dans des centres mais dans des entrepôts qui ne répondent pas aux exigences ou aux conditions », a déclaré Eduardo Esteban dans un entretien. Le juge alerte sur « la situation d’ordre public » qui peut survenir si ces mineurs ne sont pas autorisés à sortir. « Ils sont dans une situation de surpeuplement, de malaise évident. Ils ont le droit de sortir, ils ne peuvent pas être totalement enfermés », explique-t-il.

À lire : Des mineurs marocains dans une situation déplorable à Ceuta

Pour Esteban, la solution à ce problème n’est pas dans le retour des mineurs au Maroc, d’autant que seulement sept familles marocaines ont exprimé ce souhait. Le mieux selon lui, c’est de procéder à une réintégration de ces mineurs au « cas par cas ». Le juge exclut aussi un retour « en masse » de tous les mineurs, rappelant que conformément à la législation espagnole, « ni des soi-disant retours à chaud ni un retour en masse ne seraient possibles en ce qui concerne les mineurs ».

Les procureurs sont à pied d’œuvre pour déterminer l’âge des mineurs, a rassuré par ailleurs Esteban qui précise qu’il s’agit d’un « processus complexe, car ils doivent être soumis à des rayons X ». Il est vrai que « le législateur a interdit la pleine nudité, mais il existe d’autres formes d’examen. Dans tous les cas, la pleine nudité a toujours été faite avec toutes les garanties », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la situation des mineurs étrangers qui deviennent majeurs, Esteban a précisé qu’on « ne peut pas simplement laisser ces jeunes dans la rue lorsqu’ils auront 18 ans », soulignant ainsi « l’urgence » d’engager les procédures pour leur obtenir un titre de séjour.

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant

Aller plus loin

Plus de 1 000 mineurs marocains continuent d’errer à Ceuta

Plusieurs centaines de mineurs marocains continuent d’errer dans les rues de Ceuta, près d’un mois après la survenue de la crise migratoire. En tout, 900 mineurs sont pris en...

Ceuta : deux Espagnols risquent 9 ans de prison pour avoit tiré sur un Marocain

Le procureur de Ceuta a requis neuf ans de prison contre deux Espagnols pour avoir tiré sur un mineur marocain avec un fusil, puis diffusé la scène sur les réseaux sociaux.

Les mineurs hébergés à Sebta affirment avoir été victimes d’abus au Maroc

Un quart des mineurs arrivés à Ceuta en mai, ont été victimes de violence physique, d’abus ou de mauvais traitements au Maroc, selon Save the Children.

Sebta va allouer 5,5 millions d’euros pour la prise en charge des mineurs marocains

Les autorités de Sebta ont décidé lundi d’allouer 5,5 millions d’euros pour la prise en charge des 302 mineurs marocains arrivés dans la ville en mai 2021, et qui séjournent...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?