La situation des mineurs marocains est insoutenable pour Ceuta, selon le juge

21 juin 2021 - 16h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Un mois après l’arrivée massive des migrants marocains à Ceuta, le juge des mineurs, José Luis Puerta, constate que la situation est insoutenable pour la ville autonome. Pour lui, l’enclave n’était pas préparée à recevoir et à gérer autant de monde, surtout des mineurs.

« Ceuta est une petite ville ; elle n’a pas les moyens d’assumer cette situation », s’alarme José Luis Puerta qui, dès la survenue de la crise le 17 mai, avait visité l’entrepôt de Tarajal, le premier espace aménagé pour accueillir les mineurs. À cette époque, les enfants étaient livrés à eux-mêmes. « Il y avait un manque de coordination entre la police et la ville autonome, on ne savait pas qui était en charge de quoi et les conditions d’hygiène n’étaient pas adéquates », fait savoir le procureur.

Aujourd’hui, la situation s’est un peu améliorée, reconnaît le magistrat qui déplore toutefois les conditions inadaptées des deux autres espaces aménagés par la ville pour recevoir les migrants. « J’ai visité le centre sportif, c’est un pavillon avec des lits et des toilettes mobiles. En tant que situation d’urgence, elle est valable, mais elle ne peut pas être maintenue dans le temps. Vous pouvez être comme ça pendant deux ou trois mois, mais pas plus », explique Puerta.

« Par-dessus tout, je suis préoccupé par les problèmes de surpopulation et de coexistence qui peuvent survenir », ajoute Puerta qui se soucie par ailleurs de l’éducation des mineurs, à quelques mois de la rentrée des classes. « Je ne sais pas comment ça va se faire, mais les enfants doivent aller à l’école », déclare-t-il.

La plupart des familles marocaines, plutôt que de récupérer leurs enfants, ont préféré qu’ils restent en Espagne. Ce qui a compliqué la situation, précise le juge qui déplore aussi le « manque de coopération des autorités marocaines » dans le cadre du retour de ces mineurs au Maroc. « Cela dépend de la volonté du Maroc. Les agents doivent permettre aux parents d’entrer à Ceuta ou de s’approcher de la frontière afin que l’entité publique vérifie que les enfants ne manifestent pas de refus lorsqu’ils voient leurs proches. Cette remise des enfants, avec de bons critères à mon avis, devrait être faite aux parents eux-mêmes et non à la police », soutient Puerta.

À lire : Le désespoir des parents de Dina, une Marocaine bloquée à Ceuta

Puerta dénonce aussi la lenteur de la police dans la procédure préalable au rapatriement des mineurs (examens, inscription au registre officiel et attribution d’un numéro NIE). De sources proches du dossier, la police a examiné 1 108 mineurs, mais n’en a enregistré qu’un peu plus de 200 dans le registre officiel.

Pour le moment, le procureur « ne voit pas de bonne solution » à la situation. « La solution, c’est de les transférer dans la péninsule ou en Europe et de parler avec des entités qui peuvent les prendre en charge, car les administrations publiques n’ont pas assez de capacités », explique-t-il.

À lire : Des mineurs marocains dans une situation déplorable à Ceuta

Au sujet d’Achraf, le migrant marocain de 16 ans, dont l’expulsion à chaud a été enregistrée par le photojournaliste Jon Nazca de l’agence Reuters, et qui a conduit à l’ouverture d’une enquête par le parquet, le juge précise que sur cette vidéo, on voit clairement « les militaires expulser non seulement un mineur, mais plusieurs ». Il revient maintenant à la justice « d’identifier l’auteur et d’étudier la nature de l’acte », ajoute Puerta qui rappelle que « la procédure de rapatriement des mineurs est prévue par la loi et le non-respect peut être un délit ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Ceuta (Sebta)

Aller plus loin

Mineurs marocains : Ceuta craint une hausse de la criminalité

De nombreux mineurs étrangers non accompagnés (MENA), principalement des Marocains, arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai derniers, continuent de vivre dans les camps de...

Ceuta : les familles marocaines déconseillent aux mineurs de rentrer au Maroc

Les regroupements familiaux de mineurs marocains avec leurs familles au Maroc sont rares après le déclenchement de la crise migratoire ouverte en mai avec l’arrivée massive de...

Tous les migrants mineurs quitteront Ceuta avant septembre

La déléguée du gouvernement à Ceuta, Salvadora Mateos, a assuré lundi que le gouvernement espagnol s’active pour que tous les mineurs marocains entrés en masse en mai dernier,...

Ceuta convoie des mineurs marocains vers Galice et Estrémadure

Un groupe de 31 mineurs marocains pris en charge par le gouvernement de Ceuta a embarqué mercredi pour la Galice (20) et l’Estrémadure (11) dans le cadre de l’opération de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.