Chèque sans provision : forte réduction des amendes

19 février 2021 - 13h40 - Economie - Ecrit par : A.P

La Chambre des conseillers vient de voter une loi pour réduire les amendes fiscales des chèques de 20 % à 1,5 % du montant du chèque. Seules les personnes affectées par la crise sanitaire sont concernées par cette mesure.

Le projet de loi 69-20 relatif à la réduction des amendes fiscales des chèques, qui reprend les dispositions du décret-loi 2.20.690, vient d’être voté par la Chambre des conseillers, annonce L’Économiste qui précise que le vote de ce texte s’inscrit en droite ligne des mesures prises par le gouvernement pour faire face aux effets pervers de la crise sanitaire sur le tissu économique national.

Lors de la présentation du texte au parlement, le ministre des Finances a indiqué que « la réduction exceptionnelle des amendes fiscales devant être acquittées pour récupérer son chéquier est particulièrement intéressante, surtout pour les récidivistes qui en sont déjà à leur 3ᵉ incident de paiement, voire plus : 1,5 % au lieu de 20 % du montant du chèque ».

Selon le journal, l’objectif visé est de « préserver la crédibilité du chèque comme moyen de paiement des transactions commerciales, de permettre aux émetteurs de revenir dans le périmètre de financement bancaire, de régulariser la situation de milliers d’interdictions de chéquier et de favoriser l’intégration du maximum d’opérateurs dans l’économie formelle ».

Avec la crise sanitaire, les chèques en bois sont estimés à 78 444 incidents de paiement en un seul mois. La situation s’explique, selon le journal, par le fait que « l’interdiction de chéquier entraîne par ricochet l’exclusion des financements bancaires, notamment le pack Damane, garanti par la Caisse centrale de garantie (CCG)  ».

Sujets associés : Impôts - Crise économique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Marrakech : un ancien parlementaire arrêté pour chèque sans provision

Un ancien parlementaire a été arrêté par les services de police de l’arrondissement de Daoudiat, à Marrakech. Il est poursuivi pour émission de chèques sans provision.

Maroc : report des échéances fiscales pour soutenir les entreprises locales

La Direction générale des impôts (DGI) a accordé aux sociétés dont le chiffre d’affaires est supérieur ou égal à 20 millions de dirhams (MDH), l’étalement ou le report du...

Covid-19 : des exonérations fiscales pour les entreprises

Les personnes touchées par la pandémie sont exemptées des impôts et redevances dus à la commune. C’est la décision du ministère de l’Intérieur qui donne des précisions sur...

Relance de l’économie : les nouvelles mesures fiscales annoncées

En plus du soutien aux secteurs durement touchés par la crise sanitaire, le Projet de Loi de finances rectificative prévoit une série de mesures fiscales en vue de relancer...

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : que sait-on de la réforme de l’Impôt sur le revenu ?

La révision de l’impôt sur le revenu se précise. Fouzi Lekjaa, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargé du Budget, a présenté les grands axes de la réforme.

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...