Maroc : cadeau fiscal pour le placement collectif immobilier

2 janvier 2021 - 10h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Les organismes marocains de placement collectif immobilier bénéficient de l’exonération d’impôt au titre de la plus-value nette pour les apports de biens immeubles entre le 1ᵉʳ janvier 2021 et le 31 décembre 2022. Tout comme, l’abattement de 50% en cas de cession des actions.

Ainsi, le régime fiscal des OPCI est prorogé de deux ans, fait part L’Économiste, précisant que «  cette prorogation tient au retard pris par la publication des textes d’application de la loi n°70-14 régissant l’industrie des OPCI  ». En clair, les personnes morales soumises à l’IS, les personnes physiques assujetties à l’IR professionnel (RNR/RNS) et les particuliers taxés à l’IR sur profit financier pourront apporter des actifs immobiliers à des OPCI, sans payer d’impôt sur la plus-value réalisée.

Selon la publication, ce «  régime fiscal transitoire n’est qu’un différé d’impôt qui sera déclenché dès que les actions relatives au bien immeuble apporté à l’OPCI feront l’objet d’une cession partielle ou totale, et ce, quel qu’en soit le délai de vente  », sachant que le bien immeuble apporté doit être conservé au moins dix ans dans le portefeuille de l’OPCI. Il implique donc un abattement de 50% sur la plus-value nette réalisée au moment de l’apport pour la société cédante.

Pour bénéficier de l’incitation fiscale, l’apport du bien immeuble doit avoir lieu entre le 1ᵉʳ janvier 2021 et le 31 décembre 2022, être déclaré aux services dans un délai maximum de 60 jours suivant l’opération. La déclaration doit comporter le nombre et la nature des biens apportés, leur prix d’acquisition, leur valeur nette comptable et leur valeur réelle au moment de l’apport, ainsi que le montant de la plus-value résultant de l’apport et l’engagement à payer l’impôt sur la plus-value nette au moment de la cession, détaille la publication qui estime le potentiel de l’industrie à 200 milliards de dirhams.

Pour rappel, les OPCI soumis à un régime de transparence fiscale, sont exonérés d’IS, à l’instar des OPCVM. En revanche, les bénéfices qu’ils distribuent aux investisseurs sont imposés via la retenue à la source, soit, 15% pour les personnes physiques investissant dans une société de placement immobilier (SPI) et l’exonération pour les personnes morales. «  L’impôt relatif aux produits de placement à revenu fixe est de 30% pour les particuliers et de 20% pour les sociétés  », conclut le journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Impôts

Aller plus loin

Maroc : du nouveau pour les revenus locatifs

L’Impôt sur les Revenus (IR) locatifs des bailleurs sera désormais payé seulement sur les loyers encaissés. C’est l’une des nouveautés qui vient d’être adoptée par le fisc.

Maroc : du nouveau pour les contrats de bail

Les locataires (personnes morales de droit public ou privé et les personnes physiques) doivent désormais exiger une déclaration d’option obligatoire des propriétaires qui...

Maroc/ Fiscalité : voici vos impôts en 2021

Le projet de loi 07-20 sur la fiscalité au Maroc, refait à nouveau surface. Il a été analysé et adopté, lors du conseil de gouvernement du jeudi 5 novembre.

Maroc : des mesures pour la relance de l’immobilier

Le projet de loi de finances (PLF) pour le compte de l’année 2021 a été voté vendredi dernier par la Chambre des représentants, après plusieurs amendements. De nouvelles...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

Le Maroc va instaurer une aide à l’achat de logement

L’achat de logements au Maroc pourrait bien connaître un nouveau souffle. Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’habitat et de la Politique de la ville, a laissé entendre que des dispositions...

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Aide au logement au Maroc : le flop ?

Applaudi à son lancement, l’aide au logement ne suscite plus le même engouement. À ce jour, 8 500 personnes ont bénéficié de cette subvention.