Professeur décapité : les élèves et parents sous le choc

18 octobre 2020 - 15h30 - France - Ecrit par : J.K

Quelques heures après l’attaque qui a ciblé un professeur d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, les habitants, notamment les élèves et les parents, sont sous le choc.

La victime n’est personne d’autre que le professeur d’histoire qui a demandé aux élèves musulmans, il y a une semaine, de sortir de son cours pour ne pas les choquer avec la caricature du prophète Mohammed, nu. Ce qui avait suscité des réactions d’indignation de la part de certains parents d’élèves, rapporte Sud Ouest.

La vague d’indignations est bouleversante : "Ça me fait de la peine, décapité en plus, c’est choquant" a regretté Virginie, une élève de 15 ans qui a connu l’enseignant. "Je l’ai vu aujourd’hui, il est venu dans ma classe pour aller voir notre prof, ça me choque", a ajouté Tiago, élève en 6e, qui assiste au tollé médiatique, aux côtés de ses parents, voisins de l’établissement. " C’est la campagne ici, il ne se passe rien d’habitude" s’est attristée Nordine Chaouadi qui était également sur les lieux. "Je me sens super mal, c’est fou, c’est incroyable (...) tous les prophètes, même Jésus, ils se font tous insulter depuis 2 000 ans, ce n’est pas nouveau tout ça," a lancé un père musulman.

Son présumé assassin a été tué par la police un peu plus tard, à quelques mètres, dans la ville d’Eragny (Val-d’Oise). Le parquet antiterroriste a été saisi en même temps et Emmanuel Macron s’est rendu sur les lieux en soirée.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Criminalité

Aller plus loin

L’Observatoire de lutte contre l’islamophobie condamne l’attaque de "Charlie Hebdo"

L’Observatoire National de Lutte contre l’Islamophobie vient de condamner l’attentat à l’arme blanche perpétré près des anciens locaux du journal «  Charlie Hebdo  ».

Emmanuel Macron veut s’attaquer à la "propagande islamiste radicale en ligne"

La sécurité des établissements scolaires sera renforcée et la "propagande islamiste radicale en ligne" sera surveillée. Ainsi en a décidé, dimanche le président français...

Le discours d’Emmanuel Macron sur l’islam dénoncé

Le discours d’Emmanuel Macron contre le séparatisme islamiste n’a pas reçu un écho favorable auprès des membres de l’institution islamique sunnite Al-Azhar. Ils dénoncent un...

Caricatures : «  On n’est pas obligé, d’insulter les gens pour défendre la liberté d’expression  »

Le philosophe et homme politique Luc Ferry s’est invité dans le débat qui agite la France depuis l’assassinat du professeur Samuel Paty. Selon l’ancien ministre, s’il lui était...

Ces articles devraient vous intéresser :

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.