Propos racistes envers les Maghrébins : un club français secoué par un scandale

10 octobre 2023 - 19h00 - Sport - Ecrit par : S.A

Des joueurs accusent l’entraîneur Bernard Casoni d’avoir tenu des propos à caractère raciste au sein de l’US Orléans. Interrogé, l’intéressé s’explique sans convaincre.

« Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins ». C’est la phrase prononcée par Bernard Casoni en conférence de presse le 21 septembre dernier, interrogé sur les difficultés qu’il rencontre pour que son groupe adhère à ses principes la veille du match entre l’USO et Châteauroux, et qui soulève de vives polémiques. « Ils (les joueurs) ont des trucs où ils excellent. Mais il y a des choses où ce n’est pas suffisant. C’est là où tu dois être plus performant, où tu dois gommer ça. Mon rôle, c’est de leur dire, de leur montrer et de les aider à résoudre les problèmes. Voilà, c’est tout. Je l’ai fait dans tous les clubs où je suis passé, je l’ai fait avec des Maghrébins ! Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins hein… Je veux dire, voilà, c’est le rôle d’un entraîneur », a répondu le technicien français au micro de France Bleu Orléans. Celui-ci avait encadré des clubs algériens, marocains et tunisiens.

À lire : Un journaliste espagnol accusé de racisme envers Lamine Yamal

Selon plusieurs joueurs de l’US Orléans, Casoni a l’habitude d’utiliser cette phrase. « Le premier contact avec Bernard Casoni se fait par téléphone, il venait de signer à l’USO, se souvient un joueur phare du onze orléanais. Au bout de cinq minutes de conversation, le coach me dit ‘Vous n’êtes pas plus cons que des Maghrébins, on va y arriver’. Un cadre de l’équipe confirme : « J’entends souvent cette comparaison de la part de l’entraîneur ». « Cette phrase sur les Maghrébins, on l’entend toutes les deux semaines à l’entraînement », poursuit un troisième joueur. D’autres joueurs ont aussi rapporté d’autres propos à caractère raciste tenus par le coach, notamment lors d’un entraînement, au milieu du mois d’août.

À lire :Racisme dans le football : la solution proposée par Kylian Mbappé

« Nous étions en train de faire un exercice où deux équipes s’affrontent en cinq contre cinq. Mon équipe était composée uniquement de joueurs de couleur. Là, le coach dit, ’pas besoin de chasubles pour eux, ils sont déjà noirs’, soi-disant sur le ton de l’humour. Moi, ça m’a choqué », raconte un autre joueur de l’USO. Propos confirmés par un autre joueur présent à ce moment-là. Une autre scène qui a choqué les joueurs s’est déroulée dans le vestiaire. Alors que les joueurs du club français se préparaient pour aller s’entraîner, l’un d’eux,« pète et provoque l’hilarité de ses collègues ». « C’est un pet de noir, ça, s’est exclamé Casoni, qui passait dans les couloirs à ce moment-là. Une réaction qui a choqué les joueurs. « J’ai regardé mon coéquipier à côté de moi, on s’est dit, il est vraiment très limite le coach », souffle un joueur.

À lire :L’affaire Vinicius remet sur le tapis la question du racisme en Espagne

Face à la polémique, l’entraîneur de l’USO a dû s’expliquer sur la phrase choc. « Ma phrase sur les Maghrébins en conférence de presse (« Ils ne sont pas plus cons que des Maghrébins »), c’est pour dire à mes joueurs qu’ils sont aussi intelligents que des Maghrébins, répond le technicien français. J’ai bossé six ans là-bas et vous pensez que je suis raciste ? » A-t-il vraiment demandé de « blanchir l’effectif » ? « Je n’ai jamais demandé à blanchir l’effectif, moi je veux simplement qu’il y ait un équilibre dans l’équipe. Il ne faut pas qu’une communauté soit trop représentée. S’il y a trop de créoles, ce n’est pas bon. Pareil s’il y a trop d’Africains ou trop de blancs », a clarifié Bernard Casoni, avant d’expliquer la phrase prononcée lors d’un entraînement, « pas besoin de chasubles pour eux, ils sont déjà noirs ». « C’est du chambrage ! Je suis un gars du sud, c’est du football, ce n’est que du chambrage. Aujourd’hui, on ne peut plus rien dire », s’explique-t-il.

À lire :Le football amateur belge gangréné par le racisme et la violence

Bernard Casoni a le soutien du président de l’US Orléans. « Votre objectif, c’est de tuer le club. Vous êtes dans une entreprise de destruction. Vous faites comme dans l’affaire Christophe Galtier (ex-entraîneur du PSG). Bernard Casoni a certainement eu des maladresses de langage, mais il est tout sauf raciste. Il n’y a pas de racisme dans le football », a réagi Philippe Boutron, affirmant ne jamais avoir entendu parler d’une volonté de « blanchir l’effectif » de la part de son entraîneur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Football - Racisme

Aller plus loin

« Je ne prends pas les musulmans » : un homme condamné pour discrimination raciste à Vesoul

À Vesoul, un homme a écopé d’une peine de prison pour avoir proféré des propos racistes et discriminatoires à l’égard d’un jeune garçon mineur et musulman à la recherche d’un...

Le football amateur belge gangréné par le racisme et la violence

Racisme, homophobie, sexisme sont les maux qui minent encore le football amateur belge. À l’Union belge, plusieurs actions dont des campagnes de sensibilisation et la mise en...

Face au racisme, la décision d’un père marocain en France

Un Marocain résidant en France qui dit avoir été victime d’un certain racisme au quotidien a dévoilé ce qu’il a dû faire pour éviter à ses enfants d’être victimes du racisme...

"Sale arabe, je vais te découper en morceaux » : agression raciste au Cannet

Un sexagénaire d’origine maghrébine a été victime de violences graves au Cannet (Alpes-Maritimes), dans le sud de la France. Son avocat dénonce une agression « au mobile raciste...

Ces articles devraient vous intéresser :

Équipe U23 féminine : le Maroc mise sur Dimitri Lipoff

Dimitri Lipoff, technicien français bien connu dans le monde du football féminin, prend les rênes de la sélection marocaine féminine des moins de 23 ans.

Le Havre AC privé du Marocain Yassine Kechta

Victime d’une fracture de la fibula (péroné), le milieu de terrain du Havre AC d’origine marocaine Yassine Kechta sera indisponible jusqu’à la fin de la saison.

Le tirage au sort de la Coupe du monde des clubs prévu le 13 janvier

La Fédération internationale de football (FIFA) vient de fixer la date du tirage au sort du mondial des clubs 2023 qui se tiendra du 1ᵉʳ au 11 février au Maroc.

Ziyech prêt à quitter Chelsea cet été, Tottenham ne lâche pas

L’international marocain Hakim Ziyech est déterminé à quitter Stamford Bridge, où il n’a pas pu s’imposer. Tottenham qui n’a cessé de manifester de l’intérêt pour le milieu offensif de Chelsea se positionne.

La mère d’Achraf Hakimi clashe Hiba Abouk

La mère d’Achraf Hakimi, Saida, a déclaré ne pas être informée du transfert en son nom de tous les biens du joueur. Mais elle assure que c’est la meilleure solution pour « se débarrasser » d’Hiba Abouk, en instance de divorce avec son fils.

Après Ronaldo, Al-Nassr vise Hakim Ziyech

L’équipe d’Al-Nassr dépense sans compter. Après avoir enrôlé l’année dernière Cristiano Ronaldo, l’équipe saoudienne espère convaincre l’international marocain, Hakim Ziyech.

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de police en France vis-à-vis des minorités. Cette inquiétude fait suite au décès...

Voici le salaire proposé par Leeds à Azzedine Ounahi

Leeds est en pole position pour recruter Azzedine Ounahi lors du mercato de janvier. Le club anglais a fait une offre à l’international marocain dont le contrat avec Angers SCO court jusqu’en juin 2026. Va-t-il refuser ce salaire ?

Walid Regragui : Sa première apparition post-CAN prévue ce vendredi

Walid Regragui, le sélectionneur de l’équipe du Maroc, fera sa première apparition médiatique depuis la déception de la Coupe d’Afrique des Nations en Côte d’Ivoire.

4 ans après, Abderrazak Hamdallah présente ses excuses

Quatre ans après l’affaire penalty gate, l’international marocain Abderrazak Hamdallah est revenu, pour la première fois, sur les faits, présentant officiellement ses excuses au public marocain.