Rachid Nini reste en prison

4 mai 2011 - 13h15 - Maroc - Ecrit par : J.L

Accusé d’avoir "méprisé des décisions de justice" et dénoncé des "crimes qui n’ont pas eu lieu", Rachid Nini, le directeur du quotidien Al Massae est poursuivi en vertu du code pénal et non de celui de la presse. Un tribunal de Casablanca lui a refusé une libération provisoire mardi.

Dans ses écrits, très populaires au Maroc, Rachid Nini avait accusé des personnalités publiques d’avoir "violé la loi", principalement dans le cadre de la "lutte contre le terrorisme".

Pour ses avocats, les chefs d’accusation pour lesquels est poursuivi Rachid Nini sont contraires aux réformes en cours au Maroc. L’arrestation dénoncé par le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) et Reporters sans frontières, qui exigent la libération immédiate de Nini, soulève une forte polémique au Maroc.

Placé jeudi dernier en garde à vue sur ordre du procureur du Roi auprès de la cour d’appel de Casablanca, Rachid Nini a été transféré depuis à la prison Oukacha de Casablanca où il attendra son procès prévu vendredi prochain.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Presse - Procès - Rachid Nini - Prison - Al Massae - Prison d’Oukacha

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Une journaliste franco-marocaine conteste l’interdiction du hijab sur la carte de presse en France

La journaliste franco-marocaine Manal Fkihi a annoncé son intention de contester la règle interdisant aux femmes voilées de porter le hijab sur la photo de la carte de presse française. Cette décision fait suite au refus de la Commission de délivrance...

Tollé après la caricature du roi Mohammed VI par Charlie Hebdo

Le Conseil National de la Presse (CNP) a fermement condamné ce qu’il qualifie d’«  acte criminel odieux » du journal français Charlie Hebdo, l’accusant de s’attaquer directement au Roi Mohammed VI.