Relations maroco-britanniques : les grands déballages de l’ambassadeur Thomas Reilly

6 décembre 2019 - 14h20 - Ecrit par : Bladi.net

L’année 2020 réserve beaucoup de surprises pour les relations maroco-britanniques vieilles de quelque 800 ans. Le Royaume-Uni sortira de l’Union Européenne et mettra en oeuvre, le "British exit from the European Union", encore appelé Brexit.

L’ambassadeur du Royaume Uni à Rabat, a abordé la question avec force détails, dans une interview accordée au quotidien Al Akhbar. A en croire Thomas Reilly, la sortie de son pays de l’UE contribuera à renforcer les relations maroco-britanniques. D’abord, la Grande-Bretagne sera dans l’obligation de diversifier et renforcer ses relations bilatérales, économiques et commerciales surtout, pour compenser sa sortie de l’Union européenne", affirme-t-il. Et d’ajouter que l’autre raison est que son pays mise beaucoup sur l’Afrique qui regorge d’énormes potentialités. Londres qui jusque-là a restreint ses relations avec ses anciennes colonies africaines du Commonwealth, entend surtout se servir du Maroc comme porte d’entrée vers l’Afrique francophone.

S’inscrivant dans cette dynamique et pour d’ailleurs capter ce flux d’intérêt pour le Maroc, le Ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, s’est rendu récemment à Londres et a signé plusieurs accords de coopération commerciale entre les deux pays, rappelle la même source. Selon Thomas Reilly, après le Brexit, la Grande-Bretagne conservera tous les accords qui liaient le Maroc à l’UE. A en croire le diplomate, lesdits accords seront "maintenus et transformés en accords bilatéraux, dont certains seront sous forme de libre-échange".

Au passage, le diplomate britannique a affirmé sa volonté de travailler avec ses équipes, afin d’attirer les investisseurs de son pays vers les richesses potentielles du royaume dont entre autres, les explorations pétrolières et gazières, énergies renouvelables, le transport maritime, les ports, finances, assurances.

Revenant sur les relations politiques et diplomatiques entre Londres et Rabat, l’ambassadeur assure qu’elles "sont à la fois anciennes et en constante amélioration". La preuve en est que sur la question de l’intégrité territoriale du Maroc, le diplomate fait savoir que la position de son pays n’a guère varié. La Grande Bretagne en effet, "soutient les efforts de l’ONU en vue d’aboutir à une solution politique, juste, réaliste, pragmatique et durable, acceptée par toutes les parties", a affirmé Thomas Reilly.

Tags : Grande-Bretagne - Accord de libre échange - Nasser Bourita

Aller plus loin

Maroc : Thomas Reilly ému de revenir au Maroc pour un séjour privé

L’ancien ambassadeur de Grande-Bretagne au Maroc, Thomas Reilly, est revenu au Maroc pour un séjour privé. Sur son compte Twitter, le diplomate semble ému de retrouver les...

Nous vous recommandons

Les professionnels de l’hôtellerie-restauration français veulent recruter des Marocains

De milliers de professionnels marocains et tunisiens se disent prêts à venir travailler en France pour pallier le manque de personnel dans le secteur d’hôtellerie-restauration.

Maroc : l’essence à plus de 20 dirhams ?

En constante hausse depuis plusieurs semaines, le coût du carburant ne cesse de flamber. Ces derniers jours, les prix à la pompe ont dépassé le seuil des 16 dirhams/litre. Les automobilistes redoutent le...

La joie des touristes après la reprise des liaisons maritimes entre Sète et le Maroc

La reprise du trafic maritime de passagers avec véhicules entre Sète et le Maroc a repris le 18 avril 2022. Un événement qui sème la joie dans le cœur des touristes, des passagers et des associations qui attendaient ce moment depuis plus de deux...

Le TGV marocain plus écologique

Depuis hier, samedi 1er janvier, le train à grande vitesse marocain,Al Boraq, passe progressivement à l’énergie verte. Il s’agit de substituer la consommation électrique du réseau ferré national par une énergie...

Au Maroc, les plaintes contre des responsables gouvernementaux augmentent

Il ressort de la présentation du rapport annuel sur la situation des droits humains au Maroc au titre de l’année 2021, intitulé « les répercussions du Covid-19 sur les catégories vulnérables et les voies de l’effectivité » que les plaintes contre des agences...

Tanger Med bat tous les records

À fin 2021, le groupe Tanger Med qui gère le complexe portuaire Tanger Med, affichait un chiffre d’affaires brut de 8,044 milliards de dirhams, en forte hausse.

Eric Zemmour devant la justice pour ses propos sur les mineurs marocains

Le procès d’Eric Zemmour s’ouvrira mercredi 8 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris. La Ligue des droits de l’Homme et plusieurs associations et collectivités avaient déposé plainte suite aux propos du journaliste sur les migrants mineurs. De...

Gaz naturel : le Maroc compte atteindre l’autosuffisance d’ici 2050

Le Maroc vise l’autosuffisance en gaz naturel à l’horizon 2050. Dans ce sens, une feuille de route a été adoptée ce jeudi dans le cadre de la stratégie énergétique nationale.

Du nouveau dans l’affaire dite Dr Hassan Tazi

Le juge d’instruction de la première chambre à la cour d’appel de Casablanca a pris une décision concernant l’affaire du célèbre médecin esthéticien El Hassan Tazi, placé en détention provisoire à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains et abus...

Les faux tests Covid-19, un trafic lucratif à Marrakech

De faux certificats de tests négatifs au Covid-19 circulent à Marrakech. Un trafic lucratif qui rapporte gros à des laboratoires véreux.